1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Christophe Castaner

Christophe Castaner est un homme politique Français. Il est depuis octobre 2018 Ministre de l'Intérieur dans le gouvernement d'Edouard Philippe. Il en a été auparavant Secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement et également porte-parole du gouvernement. Il a été Maire de Forcalquier avant son entrée au gouvernement.

  • Le Parisien03.05.201916:40
    1

    Il était sous le feu des critiques depuis mercredi soir, certains l'appelant à démissionner. Après l'intrusion dans l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière, dans le XIIIe arrondissement de Paris, en marge de la manifestation du 1er mai, Christophe Castaner avait fustigé une « attaque »

  • France 2403.05.201915:51
    1

    Des élus d'opposition ont réclamé vendredi l'audition devant le Parlement de Christophe Castaner, d'autres exigeant la démission du ministre, au coeur d'une polémique pour ses propos sur une "attaque" de l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière le 1er mai.

  • France 2403.05.201915:12

    Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, accusé par une partie de l'opposition de "manipulation" pour avoir dramatisé les événements survenus en marge d'une manifestation du 1er mai à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, a reconnu vendredi qu'il aurait dû évoquer une "intrusion violente" plutôt qu'une "attaque" de manifestants dans l'établissement.

  • Reuters03.05.201914:01
    4

    PARIS (Reuters) - Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, accusé par une partie de l'opposition de "manipulation" pour avoir dramatisé les événements survenus en marge d'une manifestation du 1er mai à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, a reconnu vendredi qu'il aurait dû évoquer une "intrusion violente" plutôt qu'une "attaque" de manifestants dans l'établissement. "Intrusion violente, c'est le mot qui a été utilisé par la directrice de l'hôpital, attaque c'est celui qui m'est venu après avoir entendu le récit ému des personnels", a-t-il dit devant la presse lors d'un déplacement à Toulon

  • Reuters03.05.201913:06

    PARIS, 3 mai (Reuters) - Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, accusé par une partie de l'opposition de "manipulation" pour avoir dramatisé les événements survenus en marge d'une manifestation du 1er mai à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, a reconnu vendredi qu'il aurait dû évoquer une "intrusion violente" plutôt qu'une "attaque" de manifestants dans l'établissement. "Intrusion violente, c'est le mot qui a été utilisé par la directrice de l'hôpital, attaque c'est celui qui m'est venu après avoir entendu le récit ému des personnels", a-t-il dit devant la presse lors d'un déplacement à Toulon

  • Le Parisien03.05.201912:54
    2

    Le ministre de l'Intérieur l'a lui-même reconnu ce vendredi midi : il n'aurait pas dû utiliser le terme d'« attaque » pour qualifier l'intrusion à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière mercredi 1er mai.Depuis les mots du ministre, les témoignages et les vidéos semblent en effet remettre en cause cette version alors que le parquet de Paris a indiqué que les 32 gardes à vue ordonnées dans le cadre de l'enquête avaient été levées

  • AFP Video03.05.201912:39

    "Je n'aurais pas dû employer le terme +attaque+" après l'irruption de dizaines de manifestants le 1er mai dans l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, reconnaît Christophe Castaner, après plus de 24 heures de polémique. Le ministre de l'Intérieur s'exprime lors d'une conférence de presse en marge d'une visite à Toulon

  • Le Point03.05.201912:25

    C'est à Toulon (Var) que Christophe Castaner a réagi après ses propos critiqués évoquant une « attaque » pour qualifier l'intrusion de manifestants le 1er mai à l'hôpital de la Pitié-Salptrière, à Paris. « Je n'aurais pas dû employer le terme ?attaque?, mais ?intrusion violente? qui était mieux ?adapté? », a reconnu le ministre de l'Intérieur

  • Le Parisien03.05.201911:18
    13

    « Fake news ». Voici le mot d'ordre de l'opposition jeudi soir après les propos tenus par le gouvernement et notamment Christophe Castaner au sujet des incidents survenus mercredi à l'hôpital Pitié-Salpêtrière

  • Le Parisien02.05.201919:09
    3

    Jean-Luc Mélenchon se distingue dans les réactions après l'intrusion de plusieurs dizaines de personnes dans l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, mercredi en marge de la manifestation du 1er mai à Paris. Alors que d'autres responsables politiques ont dénoncé cet acte, le leader de la France insoumise a lui protesté contre le terme d'« attaque » employé par le ministre de l'Intérieur

  • Reuters02.05.201909:49

    (Actualisé avec réactions de syndicats policiers § 10-15) PARIS, 2 mai (Reuters) - Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez n'a "en aucun cas été délibérément ciblé" par les forces de l'ordre lors de la manifestation parisienne du 1er-Mai, déclare le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, alors que le syndicat estime avoir fait l'objet d'une "répression inouïe" à cette occasion. Selon des journalistes de Reuters sur place, des dizaines d'individus violents se sont mêlés aux manifestants en tête du cortège parisien et les forces de l'ordre sont intervenues, faisant notamment usage de gaz lacrymogène

  • Reuters02.05.201908:59
    14

    PARIS (Reuters) - Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez n'a "en aucun cas été délibérément ciblé" par les forces de l'ordre lors de la manifestation parisienne du 1er-Mai, déclare le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner alors que le syndicat estime avoir fait l'objet d'une "répression inouïe" à cette occasion. Selon des journalistes de Reuters sur place, des dizaines d'individus violents se sont mêlés aux manifestants en tête du cortège parisien et les forces de l'ordre sont intervenues, faisant notamment usage de gaz lacrymogène

  • Reuters02.05.201908:53

    PARIS, 2 mai (Reuters) - Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez n'a "en aucun cas été délibérément ciblé" par les forces de l'ordre lors de la manifestation parisienne du 1er-Mai, déclare le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner alors que le syndicat estime avoir fait l'objet d'une "répression inouïe" à cette occasion. Selon des journalistes de Reuters sur place, des dizaines d'individus violents se sont mêlés aux manifestants en tête du cortège parisien et les forces de l'ordre sont intervenues, faisant notamment usage de gaz lacrymogène

  • Le Parisien01.05.201910:54

    Une fois de plus Raquel Garrido fait polémique. L'ancienne porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, devenue chroniqueuse dans l'émission de Thierry Ardisson « Les Terriens » sur C8, a écrit un message sur Twitter où elle mêle les manifestations réprimées au Venezuela et le ministre de l'Intérieur français Christophe Castaner

  • Le Point25.04.201906:09
    2

    « Chacun de tes tweets t'éloigne de ce que nous sommes », a répliqué mercredi le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner à des propos de la députée LREM Agnès Thill sur la révélation de l'homosexualité du secrétaire d'État Gabriel Attal. Reprenant un article du journal Têtu qui fait part du « coming out médiatique », du secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation Gabriel Attal, la députée Agnès Thill a tweeté : « Au moins, la couleur est annoncée

  • Reuters24.04.201921:52

    (Actualisé avec demandes d'exclusion et détails) PARIS, 24 avril (Reuters) - Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a recadré mercredi la députée La République en marche Agnès Thill après une remarque de cette dernière relative notamment à l'homosexualité du secrétaire d'Etat Gabriel Attal. La députée de l'Oise, connue pour ses positions tranchées sur certains sujets de société, a écopé en février d'un rappel à l'ordre du parti présidentiel pour ses propos relatifs à son opposition à l'extension de la procréation médicalement assistée (PMA)

  • Le Parisien24.04.201919:53

    Elle avait déjà choqué ses pairs en parlant, entre autres, de « lobby LGBT à l'Assemblée nationale ». Une fois encore, la députée LREM Agnès Thill s'est attirée les foudres de la majorité parlementaire en évoquant le sujet de l'homosexualité

  • Reuters24.04.201917:20
    7

    PARIS (Reuters) - Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a recadré mercredi la députée La République en marche Agnès Thill après une remarque de cette dernière relative notamment à l'homosexualité du secrétaire d'Etat Gabriel Attal. La députée de l'Oise, connue pour ses positions tranchées sur certains sujets de société, a écopé en février d'un rappel à l'ordre du parti présidentiel pour ses propos relatifs à son opposition à l'extension de la procréation médicalement assistée (PMA)

  • Reuters24.04.201917:10

    PARIS, 24 avril (Reuters) - Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a recadré mercredi la députée La République en marche Agnès Thill après une remarque de cette dernière relative notamment à l'homosexualité du secrétaire d'Etat Gabriel Attal. La députée de l'Oise, connue pour ses positions tranchées sur certains sujets de société, a écopé en février d'un rappel à l'ordre du parti présidentiel pour ses propos relatifs à son opposition à l'extension de la procréation médicalement assistée (PMA)

  • Reuters19.04.201916:47

    * Cinq mois de mobilisation des "Gilets jaunes" * Des "casseurs" décidés à "reproduire" le 16 mars-Castaner * Craintes à Paris, Bordeaux, Toulouse ou Montpellier * Une seule manifestation pour l'instant autorisée à Paris (Actualisé avec détails sur manifestations, citations du préfet) PARIS, 19 avril (Reuters) - Des "casseurs" et des "ultras", décidés à "reproduire" les violences du 16 mars, se mêleront de nouveau aux manifestants lors du 23e samedi consécutif de mobilisation des "Gilets jaunes", a déclaré vendredi le ministre de l'Intérieur. Selon Christophe Castaner, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse, des incidents sont à craindre notamment à Bordeaux, Toulouse, Montpellier et "tout particulièrement à Paris", théâtre des débordements les plus spectaculaires depuis le début du mouvement, il y a cinq mois

Les Risques en Bourse

Fermer