Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Assurance auto : pourquoi la profession exercée fait-elle varier les prix ?

Boursorama avec Pratique.fr28/07/2018 à 08:30

En matière d'assurance auto, le mode de calcul de la prime prend en compte un ensemble d'éléments variés qui portent tant sur le véhicule que sur le profil du conducteur. Parmi ces différents critères, la profession exercée par le conducteur joue un rôle incontestable. Des écarts de prix souvent importants existent. Pourquoi ?

Assurance auto : pourquoi la profession exercée fait-elle varier les prix ? / iStock.com - dima_sidelnikov

Pourquoi la profession du conducteur influe-t-elle sur la prime d'assurance ?

Les commerciaux, infirmières libérales ou encore les médecins effectuant des visites à domicile par exemple sont autant de professionnels appelés à utiliser leur véhicule de manière très répétée et parfois même dans l'urgence. Cet usage récurrent et systématique d'un véhicule dans des conditions pouvant présenter des risques est un élément pris en compte par les compagnies d'assurance pour déterminer le montant des primes. C'est pour cette raison que l'assureur demande au conducteur d'indiquer sa profession lors de la formulation du devis. La compagnie d'assurance a en effet besoin d'évaluer le niveau de risque éventuel qu'encourt chaque client. Et la profession exercée compte parmi les éléments qui pèsent dans la balance. Une personne travaillant à domicile ne s'expose évidemment pas au même niveau de risque potentiel qu'un commercial devant couvrir de longues distances chaque jour pour effectuer ses tâches professionnelles. Même son de cloche pour un employé de bureau qui utilisera sa voiture uniquement pour réaliser les trajets domicile-entreprise. Son niveau de fatigue au volant sera moindre que celui d'une personne passant plusieurs heures par jour sur la route pour visiter des clients par exemple.

Bien informer l'assureur de l'usage fait du véhicule

Aussi, un conducteur qui compte utiliser sa voiture personnelle pour des déplacements professionnels réguliers, à titre habituel, doit obligatoirement en avertir son assureur. Faute de quoi, en cas de sinistre, l'assureur est en droit de réduire le montant de l'indemnisation voire même de ne pas du tout couvrir l'incident si le conducteur ne l'a pas préalablement informé de cet usage. Tandis qu'en l'informant clairement, un avenant au contrat détaillera les garanties prises en compte avec certes un montant plus élevé de la prime. Toutefois, lorsqu'un salarié utilise sa voiture personnelle à titre occasionnel cette fois, c'est à l'employeur de souscrire un "contrat mission" prévu pour couvrir le salarié en cas d'accident de la route. En cas de changement de profession ou de poste, le conducteur devra immédiatement en informer la compagnie d'assurance. Car en examinant à nouveau en détail la situation professionnelle de l'assuré, la compagnie d'assurance peut revoir le montant de la prime à la baisse. Si tel n'est pas le cas, ce qui compte avant toute chose est d'être correctement couvert. Et pour cela, bien stipuler sa profession est indispensable. Il existe par ailleurs un distinguo entre un usage strictement professionnel de son véhicule personnel et un trajet domicile-travail. Ce dernier n'est pas légalement assimilé à un déplacement professionnel et les dommages corporels pouvant advenir dans ces conditions sont pris en charge par l'Assurance maladie sous le terme accident de trajet. Quant aux dommages subis par le véhicule, ils sont pris en charge par le contrat d'assurance auto.

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • bearnhar
    28 juillet09:56

    Pour moi il y a au moins une chose illégale, le masculin paie plus, parce qu'il a, aurait, plus d'accidents graves, mais, cela fait doublon avec le bonus/malus, je n'ai eu qu'un sinistre depuis 1986, et que de la tole froissée. Les assureurs ne doutent de rien, puisque personne ne les attaque. Cette discrimination, à priori, est illégale, double peine.

    Signaler un abus

  • mxnagg
    28 juillet08:45

    ne s'expose évidemment pas au même niveau de risque... bah justement j'ai un doute entre le gars qui conduit une fois par ans pour faire 10 000Km en 30 jours avec apero-camping et celui qui fait 100Km par jour tous les jours soit 20 000km je suis pas convaincu que le second ait plus de risque.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.