Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Agnes Buzyn  - page 2

Agnès Buzyn est une femme politique Française. Médecin de formation elle devient ministre des Solidarités et de la Santé au sein du gouvernement d'Edouard Philippe.

  • information fournie par Reuters30.06.202018:22

    PARIS, 30 juin (Reuters) - Agnès Buzyn a déclaré mardi devant la commission d’enquête parlementaire sur la gestion de la crise sanitaire avoir quitté le ministère de la Santé le 16 février en estimant avoir fait son "travail de préparation" "J'estime que j'ai fait mon travail de préparation au ministère de la Santé. Tout le système est mis en préparation et en tension", a-t-elle déclaré aux députés

  • information fournie par Le Point23.06.202013:10
    1

    Favorite dans les sondages, Anne Hidalgo devrait retrouver son siège à l'Hôtel de Ville de Paris pour un second mandat. Selon les dernières enquêtes, les listes « Paris en commun » de la maire sortante sont en tête dans tous les arrondissements tenus par des élus socialistes

  • information fournie par Reuters14.06.202011:31
    23

    PARIS (Reuters) - Agnès Buzyn, candidate LREM à la mairie de Paris, veut libéraliser les horaires dans la capitale et aider les commerces et les restaurants afin de soutenir l'activité de la ville ébranlée par le coronavirus. Arrivée en troisième position au premier tour des municipales, qui s'est tenu dans des conditions controversée à la veille du confinement, l'ex-ministre de la Santé estime que la crise du Covid a rebattu les cartes pour le second tour programmé le 28 juin

  • information fournie par Reuters14.06.202000:00
    2

    PARIS, 14 juin (Reuters) - Agnès Buzyn, candidate LREM à la mairie de Paris, veut libéraliser les horaires dans la capitale et aider les commerces et les restaurants afin de soutenir l'activité de la ville ébranlée par le coronavirus. Arrivée en troisième position au premier tour des municipales, qui s'est tenu dans des conditions controversée à la veille du confinement, l'ex-ministre de la Santé estime que la crise du Covid a rebattu les cartes pour le second tour programmé le 28 juin

  • information fournie par Reuters07.06.202019:25
    1

    (Actualisé avec déclarations de Marlène Schiappa sur BFM) PARIS, 7 juin (Reuters) - Les élections municipales à Paris ne sont pas perdues d'avance pour Agnès Buzyn, a déclaré dimanche le délégué général de La République en Marche (LaRem), Stanislas Guerini, contrairement à ce que laissent entendre des messages attribués à Marlène Schiappa qui a dénoncé des propos "déformés". Propulsée dans l'urgence en février tête de liste LaRem à Paris après le retrait de Benjamin Griveaux, Agnès Buzyn n'est arrivée qu'en troisième position au premier tour de scrutin en mas, avec 17,6% des voix, loin derrière la maire socialiste sortante Anne Hidalgo (29,3%) et la candidate Les Républicains Rachida Dati (22,7%)

  • information fournie par Reuters07.06.202013:52
    14

    PARIS (Reuters) - Les élections municipales à Paris ne sont pas perdues d'avance pour Agnès Buzyn, a déclaré dimanche le délégué général de La République en Marche (LaRem), Stanislas Guerini, contrairement à ce que laissent entendre des messages attribués à Marlène Schiappa. Propulsée dans l'urgence en février tête de liste LaRem à Paris après le retrait de Benjamin Griveaux, Agnès Buzyn n'est arrivée qu'en troisième position au premier tour de scrutin en mas, avec 17,6% des voix, loin derrière la maire socialiste sortante Anne Hidalgo (29,3%) et la candidate Les Républicains Rachida Dati (22,7%)

  • information fournie par Le Point06.06.202010:56
    2

    Invitée le 28 mai sur France Info, Marlène Schiappa, la secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes, affichait encore sa confiance et son optimisme, se félicitant qu'Agnès Buzyn ait enfin repris sa campagne pour le second tour des municipales à Paris, après une longue hésitation. « C'est positif », saluait-elle, « par respect pour ces militants et pour ces gens qui ont travaillé pour présenter leur projet, c'est important qu'elle puisse proposer ce projet au suffrage dans chaque arrondissement »

  • information fournie par Reuters28.05.202009:43
    12

    PARIS (Reuters) - L'ancienne ministre Agnès Buzyn a confirmé jeudi son intention d'être candidate à la mairie de Paris malgré sa troisième place du premier tour qui limite ses chances et alors que la crise du coronavirus, dont elle avait géré les prémices, commence à s'apaiser. Interrogée sur France Inter sur ses doutes exprimés au lendemain du premier tour, le 15 mars, Agnès Buzyn dit ne pas regretter d'avoir quitté son ministère "parce que cet engagement pour Paris, je le souhaitais depuis longtemps (

  • information fournie par Reuters28.05.202009:26

    PARIS, 28 mai (Reuters) - L'ancienne ministre Agnès Buzyn a confirmé jeudi son intention d'être candidate à la mairie de Paris malgré sa troisième place du premier tour qui limite ses chances et alors que la crise du coronavirus, dont elle avait géré les prémices, commence à s'apaiser. Interrogée sur France Inter sur ses doutes exprimés au lendemain du premier tour, le 15 mars, Agnès Buzyn dit ne pas regretter d'avoir quitté son ministère "parce que cet engagement pour Paris, je le souhaitais depuis longtemps (

  • information fournie par Le Point28.05.202007:11
    1

    Silencieuse et indécise durant le confinement, Agnès Buzyn a enfin annoncé mardi à ses troupes qu'elle serait bien la candidate LREM à la Mairie de Paris. C'est au cours d'une visioconférence, organisée à la dernière minute avec une soixantaine de colistiers, que l'ex-ministre de la Santé a mis fin au suspense

  • information fournie par Le Point27.05.202019:41
    2

    Agnès Buzyn sort du silence. L'ancienne ministre de la Santé avait disparu des médias depuis plus de deux mois

  • information fournie par Le Point26.05.202004:26
    1

    Elle avait totalement disparu de la scène politique depuis sa sortie remarquée dans les colonnes du Monde où elle dénonçait la « mascarade » du maintien du premier tour, malgré l'épidémie de coronavirus. Agnès Buzyn s'apprête finalement à sortir de son silence

  • information fournie par Reuters17.03.202020:32
    1

    (Actualisé avec Edouard Philippe sur France 2 § 9-10-11-12) PARIS, 17 mars (Reuters) - L'ancienne ministre de la Santé devenue candidate à la mairie de Paris, Agnès Buzyn, dit avoir prévenu dès janvier l'exécutif de la gravité de l'épidémie de coronavirus, qui pourrait faire selon elle "des milliers de morts" en France. Dans un entretien au Monde accordé lundi, au lendemain du premier tour des élections municipales qui l'a placée en troisième position, celle qui a oeuvré sous l'étiquette La République en marche avoue avoir difficilement vécu la campagne électorale au regard de la gravité de la pandémie

  • information fournie par Reuters17.03.202016:28
    21

    PARIS (Reuters) - L'ancienne ministre de la Santé devenue candidate à la mairie de Paris, Agnès Buzyn, dit avoir prévenu dès janvier l'exécutif de la gravité de l'épidémie de coronavirus, qui pourrait faire selon elle "des milliers de morts" en France. Dans un entretien au Monde accordé lundi, au lendemain du premier tour des élections municipales qui l'a placée en troisième position, celle qui a oeuvré sous l'étiquette La République en marche avoue avoir vécu la campagne électorale comme une "mascarade" au regard de la gravité de la pandémie

  • information fournie par Reuters17.03.202016:20

    PARIS, 17 mars (Reuters) - L'ancienne ministre de la Santé devenue candidate à la mairie de Paris, Agnès Buzyn, dit avoir prévenu dès janvier l'exécutif de la gravité de l'épidémie de coronavirus, qui pourrait faire selon elle "des milliers de morts" en France. Dans un entretien au Monde accordé lundi, au lendemain du premier tour des élections municipales qui l'a placée en troisième position, celle qui a oeuvré sous l'étiquette La République en marche avoue avoir vécu la campagne électorale comme une "mascarade" au regard de la gravité de la pandémie

  • information fournie par Le Point17.03.202016:04

    Les mots d'Agnès Buzyn sont terribles. « Quand j'ai quitté le ministère, assure-t-elle dans le Monde, je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous

  • information fournie par Le Point13.03.202021:03

    Pour sa dernière ligne droite, les deux derniers jours de campagne ? les 12 et 13 mars ?, Agnès Buzyn a choisi de faire le tour de tous les arrondissements. Baptisée « 48 heures pour changer Paris », cette tournée est à l'image de sa campagne, façon « blitzkrieg » : tout y est minuté et orchestré

  • information fournie par Le Point12.03.202007:36

    Pour un baptême du feu, Agnès Buzyn est servie ! Après l'abandon de Benjamin Griveaux, l'ex-ministre de la Santé, qui ne s'était jamais présentée à une élection, n'aura eu qu'un mois pour faire ses preuves. Trente petits jours pour que LREM renoue avec la spirale vertueuse qui avait conduit les électeurs parisiens à voter à 34,83 % pour Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle et à 32,92 % pour le parti présidentiel aux européennes

  • information fournie par Reuters05.03.202006:46
    4

    PARIS (Reuters) - Le débat télévisé de mercredi soir entre sept candidats à la mairie de Paris a mis sur la défensive la candidate La République en marche (LaRem), Agnès Buzyn, à propos de la politique du gouvernement, et la maire sortante, Anne Hidalgo, sur son bilan à l'hôtel de ville. En trois heures de discussions, celle qui a été désignée il y a à peine trois semaines, après l'abandon de Benjamin Griveaux, a attaqué la politique "dogmatique" de l'édile socialiste à même de "rendre les Parisiens fous", notamment en matière de circulation

  • information fournie par Reuters05.03.202000:42

    PARIS, 4 mars (Reuters) - Le débat télévisé de mercredi soir entre sept candidats à la mairie de Paris a mis sur la défensive la candidate La République en marche (LaRem), Agnès Buzyn, à propos de la politique du gouvernement, et la maire sortante, Anne Hidalgo, sur son bilan à l'hôtel de ville. En trois heures de discussions, celle qui a été désignée il y a à peine trois semaines, après l'abandon de Benjamin Griveaux, a attaqué la politique "dogmatique" de l'édile socialiste à même de "rendre les Parisiens fous", notamment en matière de circulation