Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Un ménage sur huit ne détient aucun patrimoine financier
information fournie par Le Figaro03/12/2018 à 18:58

Le sort des foyers âgés de plus de 60 ans s'est dégradé au fil des ans, selon une nouvelle publication de l'Insee. Mais la tendance s'inverse concernant le patrimoine immobilier.

La nouvelle publication de l'Insee sur le patrimoine des ménages en 2018 donne quelques clés utiles pour comprendre le malaise des «gilets jaunes». L'étude révèle d'abord une légère augmentation du nombre de Français qui ne possèdent aucun patrimoine, qu'il soit issu d'un effort d'accumulation ou d'un héritage. «Entre 2015 et 2018, la détention du patrimoine diminue qu'il s'agisse du patrimoine financier ou dans une moindre mesure économique», notent ainsi les experts de l'Insee.

Alors que 90 % des ménages pouvaient s'appuyer en 2010 sur un patrimoine financier, ils ne sont plus que 88 % à le faire en 2018. Étonnamment, les ménages les plus fragilisés ne sont pas les plus jeunes, qui entrent tout juste sur le marché du travail, mais les retraités. Seulement 86 % des familles dont la «personne référente» est un sexagénaire possèdent un livret, une assurance vie, des actions… alors que les moins de 30 ans sont 90 % à détenir un de ces types de support d'épargne.

Une analyse socioprofessionnelle confirme ces conclusions. Les trois catégories les moins bien dotées en patrimoine financier sont les inactifs n'ayant jamais travaillé (77 % de détention), les ouvriers non qualifiés (81 %) et les retraités anciens salariés (83 %).

En revanche, la tendance s'inverse pour le patrimoine immobilier, qui représente en termes de valeurs plus de 60 % du patrimoine moyen des Français. Plus de six Français sur dix détiennent leur résidence principale, secondaire ou un bien mis en location. L'évolution de ce pourcentage est exactement proportionnelle à celui de l'âge du ménage. 19 % des moins de 30 ans sont propriétaires, 56 % des quadras et 72 % des septuagénaires. «Depuis 2010, les écarts se resserrent», nuance toutefois l'Insee.

La détention a ainsi baissé, en dix ans, de 7,4 points pour les ménages dont la personne référente est un sexagénaire et de 6,8 points pour les quinquas. Ces diminutions traduiraient un accès plus difficile à la propriété pour les générations nées dans les années 1950 et 1960.

Inégalités de revenus

Depuis le début de la crise de 2008, le niveau de vie médian a stagné en France. En 2015, il s'élève à 20.300 euros annuels. Les inégalités de revenus sont restées stables entre 2008 et 2015, alors qu'elles ont augmenté dans la majorité des pays de l'Union européenne. En revanche, les inégalités de patrimoine augmentent. En 2015, la moitié des ménages vivant en France déclaraient un patrimoine brut supérieur à 158.000 euros et détenaient collectivement 92 % de la masse totale de patrimoine.

Les disparités de patrimoine s'expliquent par des écarts de niveau de vie, puis par des différences d'âge, permettant de distinguer des périodes de la vie davantage consacrées à l'accumulation et d'autres à la désaccumulation. «Le retournement semble arriver plus tôt qu'auparavant: en 2015, les 55-64 ans ont un patrimoine inférieur à celui des 50-54 ans, et inférieur à celui des ménages du même âge en 2010», appuyaient des économistes de l'Insee dans une note de juin dernier.

0 commentaire

Annonces immobilières