Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Toulouse, champion de France de l'habitat participatif

Le Figaro24/02/2018 à 07:00

VIDÉO - La ville rose voit les choses en grand pour l'habitat participatif, cette formule où les habitants se regroupent pour créer leur habitation idéale à moindre coût. Dans le quartier de la Cartoucherie, ce projet de 89 logements est le plus grand de France et fait office de référence.

«Une aventure s'achève, une autre commence» pour Véronique Coutagny qui va emménager dans un T2 près du centre de Toulouse, dans la plus grande opération d'habitat participatif de France. Depuis quatre ans, elle a discuté, choisi, conçu avec ses voisins et les architectes, ce projet de 89 logements dans l'écoquartier de la Cartoucherie, situé sur une vaste friche industrielle à l'ouest du cœur historique de la ville rose.

Les habitants vont enfin pouvoir prendre possession de leurs appartements aux «Quatre vents». Le complexe est divisé en quatre immeubles de 4 à 9 étages, construits avec des matériaux simples: de la brique, du bois, et avec une architecture contemporaine sobre et discrète qui cache pourtant une opération ambitieuse. En plus de leurs appartements avec vue sur les Pyrénées, les habitants vont également bénéficier de plusieurs espaces partagés: une salle polyvalente de 125 m², une salle de bricolage, une salle de musique, plusieurs buanderies, une grande cuisine, un jardin en cœur d'îlot, des chambres d'amis...

» LIRE AUSSI - Cinq terrains pour cinq projets d'habitat participatif en Île-de-France

«On paye une trentaine d'euros par mois pour tous ces espaces collectifs. Et dans 20 ans c'est à nous», s'enthousiasme Véronique Coutagny. Cette quinquagénaire pétillante et survitaminée est pourtant arrivée «par hasard» dans l'aventure participative: «C'est un ami qui m'a emmenée à la première réunion sur le projet en 2013. Je ne savais pas ce que c'était», dit-elle.

Il faut savoir que pendant longtemps, l'habitat participatif a été réservé à des gens très motivés, militants alternatifs ou adeptes de la vie en communauté, explique Stéphane Gruet, architecte et philosophe. Il dirige l'AREA (Actions études et recherches sur l'Architecture et la Ville) qui a orchestré «la participation», un véritable travail de fourmi entre les habitants et les autres acteurs. Que ce soit les bailleurs, les architectes ou la Métropole, il faut mettre d'accord tout le monde.

Car depuis quelques années, ce type de projet s'est institutionnalisé notamment avec la loi ALUR de 2014, qui a donné une définition juridique à l'habitat participatif. Parallèlement, de nouveaux modes d'accession au logement social ouvrent ces opérations au plus grand nombre.

Vers une institutionnalisation

Ainsi, l'office HLM toulousain, groupes des Chalets, opérateur de cette nouvelle résidence, en est à sa troisième opération participative. «Notre objectif, c'est de faire que les gens soient acteurs de leur cadre de vie», explique son directeur Jean-Paul Coltat. En l'occurrence l'originalité, c'est que l'office HLM a proposé cette aventure à des gens qui ne savaient rien, a priori, de l'habitat participatif.

Pour Rosine Lang, qui est venue dès la première réunion des Chalets, c'est avant tout l'attractivité financière qui l'a convaincue. Entre sa petite retraite et les revenus de son activité d'écrivain public, elle n'imaginait pas à 64 ans être en mesure de s'offrir un appartement. Grâce à un prêt conventionné, elle a pu acquérir le T2 de ces rêves pour le prix d'un loyer.

» LIRE AUSSI - La loi sur les quotas de HLM pourrait être modifiée

Comme Véronique, elle a découvert «sur le tas» la dimension de groupe du projet. Elle a fait partie des habitants qui souhaitaient, par exemple, avoir une cuisine communautaire au rez-de-chaussée d'un des bâtiments: «Moi je vis seule mais je n'aime pas cuisiner et manger seule», confie-t-elle. Elle raconte qu'au fil des réunions hebdomadaires, durant quatre ans, elle a noué des liens très forts avec ses futurs voisins.

«Réfléchir ensemble pour se connaître»

Francis Blot, un ancien ingénieur aéronautique «reconverti dans l'action culturelle», explique qu'une «collectivité» s'est ainsi peu à peu formée: «on a appris à se connaître, à définir comment on allait vivre ensemble», dit-il. Lui était tenté par l'habitat participatif qu'il avait vu fonctionner en Californie ou en Allemagne. «Le collectif c'est parfois lourd, mais c'est intéressant d'arriver à se mettre d'accord», lance-t-il, très fier de faire visiter la salle de musique insonorisée, ou l'atelier créatif qui pourra servir «le mercredi aux enfants».

Pour l'architecte Stéphane Gruet, éminence grise du projet, la participation réclame une méthodologie très rigoureuse: élaboration d'une charte, procédure de cooptation des habitants, procédure de programmation participative, suivi individualisé des familles. Selon cet architecte, l'intérêt majeur de l'implication des habitants dès le début du programme réside dans la définition «d'une sorte de pacte social local»: «en construisant son projet d'habitation le groupe se construit et des solidarités se créaient», conclut-il.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.