Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La vérité sur les réalités des propriétaires immobiliers

Primaliance13/05/2015 à 00:00

Jean Perrin, président nationale l'Union Nationale de la Propriété Immobilière, analyse le secteur de la construction et de l'immobilier. Il en profite pour faire une mise au point. Le manque de terrains n'explique pas la crise du logement. Les raisons sont ailleurs. En tous cas, « l'immobilier peut être encore un investissement intéressant, mais sur le long terme ».

Revenant sur un article qui expliquait que le secteur de la construction de programmes neufs était bloqué parce qu'il n'y a pas de terrain disponible, Jean perrin s'insurge :  « C'est faux »,  les raisons du problème sont ailleurs. Par exemple, l'encadrement et la baisse des loyers incitent les locataires à le rester et décourage les investisseurs. 

L'objectif  fixé par le gouvernement de construire 500 000 logements est loin d'être atteint. Ce sont en réalité 250 000 logements et non pas 350 000 comme annoncé en comptant la construction de résidences pour étudiants, de piscines ou de vérandas. Le professionnel identifie au moins cinq freins : les décisions de justice et leur application qui impactent les rapports locatifs, la hausse constante des impôts et taxes, les normes et contraintes toujours plus nombreuses, la vacance locative et la baisse des loyers et enfin,  la frilosité des banques.

Aujourd'hui, la rentabilité immobilière est de l'ordre d'1 %, voire 0 % pour ceux qui paient l'ISF. Dès lors, pourquoi les investisseurs s'orienteraient ils sur l'immobilier avec de telles contraintes ? Pour ceux qui veulent quand même investir dans l'immobilier en 2015, Jean Perrin conseille de calculer le seuil de rentabilité non pas sur le prix des loyers privés, mais sur celui des loyers HLM « car dans cinq ou dix ans, les loyers seront équivalents, le nivellement se faisait par le bas ».

Sous le prisme des SCPI, l'impact fiscal (Duflot, Malraux, déficit foncier) des véhicules dédiés au logement permet d'optimiser la rentabilité du placement. Faute d'être concernés par une stratégie de défiscalisation, les investisseurs ont toujours la possibilité de recourir aux SCPI d'entreprises dont le rendement devrait tourner autour de 5 % cette année.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.