Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France : les aides au logement pourraient être diminuées

Boursorama05/05/2015 à 14:29

Un groupe de travail parlementaire a été constitué pour envisager une réforme des aides au logement, affirme Europe1.

Michel Sapin a évoqué dans une interview la possibilité de réduire les aides au logement pour compenser l’augmentation d’autres postes de dépenses. Une information confirmée en ce début de semaine par d’autres sources.

La semaine dernière, le président de la République François Hollande annonçait une hausse du budget de la Défense de l’ordre de 3,8 milliards d’euros. Un montant qui, selon Michel Sapin, devra être compensé par des coupes budgétaires dans d’autres ministères. Le ministre des Finances évoquait ainsi sur Europe 1 « des économies possibles sur le logement ».

Première visée : l’aide personnalisée au logement (APL)

L’aide personnelle au logement (APL) serait la principale visée par une éventuelle réforme. La rédaction d’Europe 1 affirmait ainsi au cours de la journée du lundi 4 mai qu’un groupe de travail parlementaire aurait été constitué pour envisager une réforme de cette aide.

« Interrogé par Europe 1, un membre de ce groupe parlementaire ne le cache pas : les députés réfléchissent à une réforme de l’APL. Notamment en ce qui concerne les étudiants, qui représentent 12% des bénéficiaires des aides au logement. Ces derniers touchent l’APL mais peuvent aussi être rattachés au foyer fiscal de leurs parents, qui paient ainsi moins d'impôts. L’un des scénarios à l'étude est donc de mettre fin à ce cumul », expliquait le célèbre média du groupe Lagardère.

L’information était confirmée hier par Christophe Caresche, député socialiste. Invité par la même chaîne de radio, le député a insisté sur le fait que l’aide personnalisée au logement (APL) est actuellement versée « sans aucune conditions de ressources de l'étudiant ou des parents », et poursuivait : « on a là un système assez contestable : des ménages qui gagnent beaucoup voient leur enfant toucher l'APL et bénéficient aussi d'une défiscalisation ».

Une aide sujette à de nombreux débats

« Si Bercy réfléchit à une réforme des aides au logement, c’est parce qu’elles coûtent cher : environ 18 milliards d'euros par an. Mais aussi et surtout parce que leur efficacité est contestée, ces aides ayant tendance à provoquer des effets pervers », expliquait toujours Europe 1.

Par « effets pervers », il faut comprendre « inflation des loyers ». Le versement de l’aide au logement, augmentant indirectement les capacités financières des locataires, serait en effet une raison de hausse de l’équilibre entre l’offre et la demande dans le domaine de l’immobilier. L’Insee avait ainsi réalisé une étude en fin d’année dernière, démontrant qu’une relation existait entre le niveau des loyers pratiqués et les montants des aides versées dans certaines grandes villes.

Plusieurs pistes seraient donc à l’étude pour envisager une réforme de cette aide sans la supprimer. On en sait peu à l’heure actuelle, mais parmi les solutions envisagées se trouveraient notamment l’ajout d’une condition de versement en fonction des revenus ou du patrimoine des parents.

X. Bargue

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.