Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Epargne salariale : les salariés les mieux payés restent avantagés

Boursorama05/09/2018 à 11:50

L'épargne salariale progresse surtout dans les plus grosse entreprises.(Crédits:Pexels)

Si l'intéressement et la participation continuent de progresser, leur diffusion reste cantonnée aux plus grosses entreprises. La loi Pacte devrait leur faire gagner en visibilité.

De nature rétrospective, les études statistiques du ministère du Travail (Dares) permettent néanmoins d'avoir une vision d'ensemble d'un dispositif. Ainsi, concernant l'épargne salariale en 2016, une étude récente de la Dares indique qu'au total, 8,9 millions de salariés du secteur privé (hors agriculture) ont accès à un dispositif de participation, d'intéressement ou d'épargne salariale. Ce sont surtout les salariés travaillant dans des entreprises de plus de dix personnes qui en profitent (66%) alors que les salariés des TPE de moins de 10 personnes ne sont que 13% à en bénéficier.

Le PEE est le dispositif le plus utilisé en épargne salariale

Les montants versés sont en progression depuis trois ans avec un total de 17,7 milliards d'euros. La participation et l'intéressement, qui permettent aux salariés d'être associés aux résultats et performances de leur entreprise, sont les deux outils qui rencontrent le plus de succès. Toutefois, « le plan d'épargne entreprise (PEE) est le dispositif le plus répandu avec 46,3% des salariés couverts, notamment parce qu'il sert de support aux autres dispositifs : 69% des sommes versées sur les PEE, proviennent de la participation et de l'intéressement. La participation aux résultats de l'entreprise est le deuxième dispositif le plus répandu (42,6%), car elle comporte un caractère obligatoire pour les entreprises de 50 salariés ou plus », précise l'étude.

Une prime moyenne de 2.369 euros par bénéficiaire

« En 2016, le complément de rémunération dégagé par l'ensemble des dispositifs s'établit en moyenne à 2.369 euros par salarié bénéficiaire dans les entreprises de dix salariés ou plus.» Dans le détail, la prime moyenne versée au titre de la participation était de 1.369 euros alors que celle relative à l'intéressement était de 1.734 euros. En revanche l'abondement, c'est-à-dire la part librement versée par l'entreprise pour aider ses salariés à se constituer une épargne, « reste nettement plus faible que les autres primes ». Selon les statistiques du ministère du Travail, le montant moyen sur l'abondement d'un Perco est de 496 euros et de 670 euros sur un PEE.

La loi Pacte devrait faire gagner en visibilité l'épargne salariale

A l'heure actuelle, seuls 56 % des salariés bénéficient d'un plan d'épargne salariale. Ce sont surtout les plus grosses entreprises exerçant dans le domaine industriel qui en font profiter leurs employés. Les sociétés exerçant dans le domaine des services sont nettement moins concernées. L'accès aux dispositifs d'épargne salariales est également plus répandu dans les entreprises qui offrent des salaires élevés. « Les inégalités d'accès sont globalement très importantes entre le haut et le bas de la distribution des salaires moyens. » Une situation qui pourrait changer avec l'adoption prochaine de la loi Pacte, qui sera discuté en Commission spéciale à compter du 5 septembre prochain. Parmi les nombreuses mesures contenues dans la loi, il y a celles visant à simplifier l'accès à l'épargne salariale en supprimant le forfait social sur l'intéressement dans les entreprises de moins de 250 salariés. La mise en place d'accords-types négociés au niveau de la branche et adaptés au secteur d'activité devraient également permettre aux TPE de bénéficier de d'accords « clé en main ». Il est également prévu de renforcer l'information des salariés pour qu'ils aient une meilleure compréhension des dispositifs existants, il est vrai pas toujours lisibles pour le grand public.

A. L. (redaction@boursorama.fr)

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • aiki41
    05 septembre12:18

    Ben ouais ! Où est le scoop ?

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.