Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Crédit immobilier : peut-on emprunter quand on n'est pas en CDI ?

Boursorama avec Pratique.fr 13/03/2018 à 11:33

Si le CDI reste un véritable sésame pour obtenir un crédit immobilier auprès des banques, celles-ci s'adaptent à l'évolution du marché du travail. Toutefois, si vous êtes travailleur indépendant, en CDD ou intermittent du spectacle, vous devrez respecter certaines conditions pour avoir accès à l'emprunt.

Crédit immobilier : peut-on emprunter quand on n'est pas en CDI ? / iStock.com - Szepy

Des CDD solvables

Avec la diminution des taux d'intérêts, les banques s'ouvrent plus facilement à la clientèle potentielle qu'elles négligeaient jusqu'à présent. Aujourd'hui, le nombre de CDI est en baisse alors qu'une grande majorité d'embauches se fait en CDD. Certains salariés privilégient d'ailleurs cette forme de contrat qu'on pourrait estimer subie alors qu'ils s'agit d'un choix réfléchi. C'est notamment le cas pour les intermittents du spectacle et certains intérimaires. Souvent considérés comme précaires, ces salariés travaillant régulièrement sont pourtant solvables aux yeux des banquiers, sous certaines conditions. Il faudra tout d'abord que leur taux d'endettement soit inférieur à 33 % des revenus. Il sera préférable par ailleurs qu'ils se présentent avec un apport conséquent à l'appui de leur requête. Ensuite, le profil sera particulièrement scruté. Pour avoir une chance d'obtenir son prêt, le demandeur aura tout intérêt à avoir travaillé sans interruption dans des secteurs actifs qui recrutent régulièrement ou à avoir un poste qui peut déboucher sur un CDI. Malgré tout cela, il se peut que la banque lui propose un taux plus élevé si elle considère qu'elle prend un risque.

La force des indépendants

Concernant les travailleurs indépendants ou les professions libérales, les problématiques sont différentes. Alors qu'un salarié peut compter sur ses bulletins de salaires à venir, le travailleur indépendant doit compter sur son activité passée. Les critères pris en compte par un banquier vont être les bilans de l'entreprise et le montant des résultats. Les banques ont coutume d'exiger trois ans d'exercice fiscal, avec la preuve de revenus stables justifiant de la viabilité de l'entreprise ainsi que de ses résultats constants ou en hausse. Un freelance pourra dans ce cas bénéficier des mêmes conditions qu'un salarié en CDI, et même disposer d'une force de négociation plus importante grâce à ses comptes pros, car les banques exigent souvent des contreparties comme la domiciliation des revenus. Avoir des comptes professionnels est donc un très bon argument pour discuter avec les banques. Accepter de domicilier ses revenus professionnels pourra alors permettre d'obtenir un bon taux pour un prêt immobilier.

Trucs et astuces

Investir dans l'immobilier locatif est également une solution pour accéder à la propriété avec un contrat précaire, les mensualités étant ainsi remboursées par les revenus des loyers. Quel que soit le salaire ou la stabilité professionnelle, ces revenus seront pérennes. Pour rassurer les banques, le projet d'investissement devra alors être bien préparé afin de bénéficier des aides dédiées comme le dispositif Pinel. Mais le meilleur moyen pour emprunter lorsqu'on est en CDD reste de le faire en couple... à la condition d'être avec un conjoint qui, lui, est en CDI !

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.