1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

SCPI « Malraux » et « Déficit foncier » : l'AMF appelle à la vigilance

Le Revenu07/11/2015 à 07:49

Un immeuble parisien (©Fotolia)

La souscription de parts de SCPI dites « Malraux » et « Déficit foncier » se distingue par une réduction d’impôt pouvant atteindre 30% des dépenses engagées pour des travaux de rénovation pour les premières, et une diminution de l’assiette imposable pour les secondes. Ces avantages fiscaux peuvent être acquis en une seule fois dès l’année de souscription, contrairement aux autres dispositifs dont l’avantage est lissé sur plusieurs années (neuf ans pour les SCPI « Scellier », « Duflot » ou « Pinel »).

Toutefois, la fiscalité de ces offres en fin de vie doit être prise en compte pour apprécier la rentabilité du produit, explique l’AMF. En effet, lors de l’achat des parts de SCPI, une quote-part significative du montant total étant affectée à la réalisation des travaux, le montant réellement alloué à l’acquisition du bien s’en trouve réduit d’autant.

En fin de vie, généralement treize à quinze ans plus tard, la plus-value est calculée sur la différence entre le prix d’achat hors travaux et le prix de vente, et est imposable. En d’autres termes, si les travaux qui certes ont procuré un avantage fiscal à l’entrée ont permis de générer une plus-value et donc de mieux vendre le bien, cette plus-value est fiscalisée lors de la revente.

Il s’avère que ce mécanisme est parfois mal compris de la

Lire la suite sur le revenu.com

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Cambio17
    07 novembre18:28

    De toute façon en France on est taxé à mort ! Le mieux je pense c'est d'avoir 1/4 de son patrimoine en Assurance Vie sur internet, 1/4 un super livret, 1/4 des actions de grands groupes avec des dividendes, 1/4 d'immobilier en défisc... Acheter des parts de SCI ou faire de la location immo hors défisc çà ne rapport plus...

    Signaler un abus

  • d.jousse
    07 novembre17:35

    La pierre c'est fini. le placement en assurance vie presque fini. Mieux vaut avoir son argent caché dans son jardin. Actuellement gagner 2% par an (moins la CGS un truc de plus) et si vous payez l'ISF on approche de zéro. Alors autant garder son argent chez soi. Et on peut craindre l'avenir proche.

    Signaler un abus

  • laniakea
    07 novembre11:33

    Finalement on fait du surplace avec prise de risque entretemps pour que dalle. LOL !

    Signaler un abus

  • laniakea
    07 novembre11:08

    De toute manière avec l'Etat c'est toujours : je te donne avec une main et je te le reprends avec l'autre...

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer