Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Qu'est-ce que la taxe aérienne ?

Boursorama avec Pratique.fr20/06/2016 à 10:05

Une part significative du montant d'un billet d'avion est due aux taxes et redevances qui financent les infrastructures et services indispensables au voyage en avion. Voici quelques explications pour mieux comprendre pourquoi votre billet d’avion est exorbitant !

Des taxes aériennes très diverses

Pour déterminer avec précision le montant des taxes aériennes prélevées sur votre billet d'avion, référez-vous aux codes indiqués sur le reçu de paiement ou le billet lui-même.
Au niveau européen, ces taxes sont imposées sur tous les vols transitant dans la zone euro :
  • La taxe d'aéroport, également appelée redevance passager, a pour code QW pour les vols nationaux, et QX pour les vols internationaux. Son montant varie en fonction de chaque aéroport.
  • La taxe surcharge carburant a pour code YQ. Cette taxe est prélevée pour compenser l'augmentation du prix du carburant.
  • La redevance d'atterrissage est spécifique à chaque type d'appareil, car elle dépend du poids de l'avion.
  • Au niveau national, chaque état peut prélever ses propres taxes sur les vols opérés sur son territoire. La France prélève :
  • la taxe sûreté sécurité environnement (code SE) qui finance les mesures de sécurité des aéroports ;
  • la taxe aviation civile (code FR) allouée au contrôle aérien;
  • la taxe de solidarité sur les billets d'avion, également connue sous l’appellation « taxe aérienne Chirac » (code IZ).

L'impact des taxes aériennes

Si les taxes aériennes se justifient toutes individuellement au regard des services qu'elles financent, leur accumulation pèse lourd sur le prix du billet d’avion final. En additionnant chaque taxe aérienne, on arrive à près de 40% du prix d'un billet d'avion. Les voyageurs ont donc tout intérêt à comparer ces taxes qui varient d'un aéroport à l'autre, mais aussi d'une compagnie aérienne à l'autre. Chaque compagnie reste en effet libre de fixer le montant de la taxe surcharge carburant. Il est courant de constater une surcharge de 20 € pour un moyen-courrier, et de 70 € pour un long-courrier.
Les taxes d'aéroport représentent également une part importante du prix du billet. Deux aéroports pourtant proches géographiquement peuvent fixer un montant radicalement différent pour cette redevance passager, correspondant à leurs propres charges aéroportuaires. Pour cette raison, bon nombre d'aéroports secondaires, moins chers, ont fait le succès de compagnies low cost.

Trucs & Astuces

La loi Hamon du 17 mars 2014 prévoit un dispositif de remboursement des taxes aériennes quand un voyageur n'utilise pas son billet d'avion. Dans la pratique, son application par les agences de voyages et les compagnies aériennes est parfois compliquée. Pourtant, toute taxe aérienne est bel et bien remboursable, à l'exception de la surcharge carburant qui est considérée comme faisant partie du billet d'avion en lui-même. Pour bénéficier du remboursement de la surcharge carburant, il est recommandé de souscrire une assurance annulation qui comprend une clause spécifique.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.