Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le système de retraites français resterait en déficit au moins jusqu'en 2030

Boursorama09/06/2015 à 17:51

Les régimes de retraites dans leur ensemble resteraient déficitaires jusqu'en 2030 selon les prévisions centrales du COR.

Le dernier rapport du Conseil d’orientation des retraites confirme la mauvaise trajectoire des régimes de retraites en France. L’institution prévoit notamment un déficit chronique annuel d’environ 8 milliards d’euros (0,4% du PIB) pour l’ensemble des régimes de retraites jusqu’en 2020, et a priori pas de retour à l'équilibre avant 2030.

On évoque souvent la situation préoccupante des caisses de retraites complémentaires des cadres et des salariés (Agirc / Arrco), dont la trajectoire financière inquiète pour les années à venir. Le Conseil d’orientation des retraites (COR) voit à plus grande échelle, et s’intéresse quant à lui dans son rapport annuel à la trajectoire financière de l’ensemble des régimes de retraites qui, pour rappel, sont entrés en déficit à partir de 2008.

Le Figaro et Les Echos se sont procuré le rapport avant sa publication officielle, et en révélaient mardi matin les principales conclusions.

Situation actuelle : 10 milliards de déficit annuel sur les régimes de retraites

L’année dernière, le rapport du COR rappelait que selon les dernières données disponibles (sur l’année 2012), le déficit annuel de l’ensemble des régimes de retraite représentait 0,5% du PIB français, soit environ 10 milliards d’euros. « En 2012, les ressources de l’ensemble des régimes de retraite français légalement obligatoires (y compris le Fonds de solidarité vieillesse) représentaient 13,4 % du produit intérieur brut (PIB), et les dépenses 13,9 % du PIB ».

Le COR poursuivait : « La hausse des dépenses […] correspond quasi intégralement à l’augmentation de la masse des prestations de droit direct, en lien avec l’augmentation régulière du nombre de retraités – portée notamment par l’arrivée aux âges de la retraite des générations du baby-boom au cours de la décennie – et avec l’augmentation de la pension moyenne des retraités – sous "l’effet de noria" traduisant l’amélioration régulière des carrières au fil des générations ».

Scénario central : pas d’équilibre avant 2030 ; scénario pessimiste : creusement du déficit

Pour estimer les projections financières à très long terme (jusqu’en 2060), le COR réalise chaque année différents scénarios plus ou moins optimistes en fonction de l’évolution des grandes variables économiques.

Comme l’expliquait déjà l’institution dans son rapport 2014 : « À l’horizon de 2060, le besoin de financement du système de retraite évoluerait de manière très contrastée selon le scénario macroéconomique – et plus précisément selon le rythme de croissance tendanciel de la productivité du travail. Ce résultat dépend [également des] évolutions économiques ».

Parmi les différents scénarios envisagés, le COR entrevoit dans son dernier rapport un scénario central, dans lequel les régimes de retraites n’épongeraient pas leur déficit global avant 2030, révèle Le Figaro. Dans ce scénario, après 2030, les projections financières aboutissent à une hausse très progressive de l’excédent des régimes de retraites jusqu’à atteindre environ +0,4% du PIB en 2060 (selon Les Echos).

Le scénario le plus optimiste, quant à lui, représente une situation où le chômage diminuerait drastiquement, et se stabiliserait à un niveau faible. Grâce à davantage de cotisations, le déficit actuel des régimes de retraites parviendrait à disparaître dès 2025, avant de laisser place à une augmentation progressive de l’excédent annuel des régimes de retraites jusqu’à +1,8% du PIB français en 2060 selon Les Echos.

Le scénario le plus pessimiste est au contraire particulièrement préoccupant. Ici, le déficit des régimes de retraites ne parviendrait tout simplement jamais à se résorber. Le déficit annuel apparu en 2008 continuerait ainsi de se creuser progressivement jusqu’à dépasser 1,5% du PIB en 2060.

À ce rythme-là, le système actuel des retraites ne serait probablement pas soutenable, ce qui obligerait à diminuer les niveaux de prestations accordées aux retraités.

À noter que l’année dernière, le rapport du COR affirmait : « Le besoin de financement résiduel en 2020 proviendrait essentiellement des régimes complémentaires AGIRC et ARRCO, pour lesquels il est prévu qu’un nouvel accord soit négocié par les partenaires sociaux d’ici 2015 »

Dégradation des prévisions et réformes insuffisantes

Pour Le Figaro, les prévisions du rapport 2015 du COR « confirme, surtout, que la réforme Touraine des retraites, baptisée "loi garantissant l'avenir et la justice du système de retraites", ne suffit pas ».

La même source note par ailleurs que « les prévisions financières sont pires que les précédentes, qui datent pourtant du mois d'avril. Il y a à peine deux mois, le COR avait, dans ses travaux préparatoires, estimé que le système des retraites reviendrait à l'équilibre "à partir du milieu des années 2020". Maintenant, il table au mieux sur un retour dans le vert cinq ans plus tard, soit "au tout début des années 2030" ».

X. B.

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.