Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'inquiétude des assureurs face à la perspective de la voiture autonome

Boursorama avec Pratique.fr20/10/2015 à 11:40

La voiture se conduisant seule n'est plus un mythe. Techniquement au point, elle est déjà en route pour équiper nos futurs véhicules. La sécurité routière pourrait faire un bond en avant. Mais les assureurs s'inquiètent des conséquences que cette innovation pourrait entraîner sur leur secteur.

Comment assurer les futures voitures autonomes

Le bouleversement du secteur automobile

Dans un avenir relativement proche, la voiture autonome deviendra une réalité. Cette transformation est loin d'être anecdotique : à terme, d'après le cabinet d'audit KMPG, elle pourrait concerner 40% des véhicules en circulation d'ici 2040. Avec des modifications en profondeur des usages.
Le principal avantage de cette évolution est celui de la sécurité. Les experts en la matière attendent de la voiture autonome une diminution de 80% des accidents de la route. En effet, dans ce cas de figure, toutes les causes liées au conducteur (vitesse, alcool et fatigue en tête) ne tiennent plus : seul un défaut technique pourrait expliquer un accident.
Face à cette baisse drastique, les assureurs s'interrogent sur la manière de justifier leurs contrats. À l'heure actuelle, peu de contrats d'assurance sont prêts à prendre en charge une voiture autonome. Il est estimé que 29% des compagnies seulement maîtriseraient le sujet.

Des questions en suspens

Il est cependant difficile pour les assureurs de réfléchir sur le sujet, car les données ne sont pas saines. En effet, beaucoup de questions restent sans réponse :

  • • La voiture étant connectée, que deviendront les données de route ?
  • • Quid de la cybercriminalité ? Bien entraîné, un pirate ne pourrait-il pas prendre les commandes du véhicule ?
  • • La réflexion touche aussi à l'éthique : comment un véhicule doit-il réagir s'il doit choisir entre blesser ses occupants et des personnes présentes sur la route ?
En outre, les usages doivent évoluer également. Dans l'avenir, la voiture autonome doit promouvoir l'autopartage. En d'autres termes, il n'y aura plus de conducteur, mais une multitude d'utilisateurs. Mais dans ce cas, qui sera responsable en cas d'accident ? Côté sécurité, les assureurs demanderont certainement des preuves irréfutables que la conduite autonome réduit effectivement le risque.

Une échéance pour 2035

L'échéance de la voiture autonome est fixée aux environs de 2035-2040. Les assureurs ont jusqu'à cette date pour se tenir prêts à recevoir le « choc » de la voiture autonome.
L'une des grandes inquiétudes des assureurs est de voir arriver de nouveaux noms dans leur domaine. À la tête de la voiture connectée, il y a Google, qui pourrait se lancer dans l'assurance. Mais il existe aussi des constructeurs : BMW, Renault… Ils pourraient proposer des assurances à l'achat de la voiture.
Dans tous les cas, il faudra observer, d'ici la fin de la décennie et pendant les années 2020, la réaction des assureurs. Ceux-ci pourraient simplement baisser leurs tarifs. Mais, en compensation, ils pourraient également chercher à pénaliser les conducteurs n'ayant pas choisi la conduite autonome.

Trucs et astuces

À l'heure actuelle, les voitures autonomes sont au stade de l'essai et de la mise au point. Vous pouvez surveiller le secteur, et songer à acquérir l'une de ces voitures dès qu'elles seront mises sur le marché. En vendant correctement les bienfaits de ce type de véhicules, vous pourriez réclamer une réduction de votre assurance automobile.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.