Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

En Afrique du Sud, des milices armées sont payées pour déloger les squatteurs

Le Figaro06/09/2018 à 06:00

EN IMAGES - Enrôlés par les mairies ou des propriétaires privés, ces miliciens sont chargés d'appliquer les avis d'expulsions. Leurs membres sont régulièrement accusés de violences, allant parfois jusqu'au meurtre.

Le chant des «fourmis rouges» ne présage rien de bon. Armés de fusils à pompe ou de pistolets, ces miliciens annoncent leur arrivée en musique, avant de pénétrer dans des squats avec pertes et fracas. Souvent enrôlés par la police elle-même, ces hommes sont chargés d'expulser les «occupants illégaux» en Afrique du Sud, comme le raconte Slate. Des missions signalées par une traînée d'objets personnels ; meubles, matelas, et casseroles étant parfois jetés à même la rue, sous les yeux d'habitants encadrés par une «colonie» d'uniformes.

» LIRE AUSSI - Impossible d'expulser cette locataire HLM, mauvaise payeuse depuis 20 ans

Les accusations de violences - allant jusqu'au meurtre -, d'agressions sexuelles, et de vols sont courantes, logiquement dénoncées par des associations de défense des droits de l'homme. D'autant que plusieurs mairies sud-africaines font appel à ces entreprises de sécurité privée. Apparues à la fin des années 1990, les «fourmis rouges» interviennent lors de grandes opérations, où plusieurs centaines de personnes doivent être expulsées.

Un ballet de camions traverse alors les rues des grandes villes sud-africaines, suivi de près par la police locale. Sans surprise, les quartiers pauvres de Johannesburg ou Pretoria sont les plus visités. Nombre d'immeubles à l'abandon ont été investis par des squatteurs. Certains s'acquittent pourtant d'un loyer, intimidés par des marchands de sommeil, ou bernés par de «faux propriétaires», escrocs jouant du statut trouble de logements laissés pour compte. Plusieurs décennies peuvent s'écouler avant que le véritable propriétaire soit identifié.

» LIRE AUSSI - Quand un propriétaire décide d'expulser lui-même son ancien locataire

De leur côté, les salariés des entreprises de sécurité confient être contraints par l'argent, bien que «désolés» du sort réservé aux squatteurs. «Ma femme m'a dit de trouver un travail, c'est ce que j'ai fait», résume ainsi un milicien au correspondant local du Guardian. Derrière les uniformes, d'anciens prisonniers, militaires, ou ex-policiers s'avouent même fiers de leur «communauté». Certains d'entre eux ont perdu la vie au cours d'une expulsion. Un risque à courir pour gagner 8,50 euros et un peu de nourriture, maigre salaire d'une journée de travail.

Les photos de cet article ont été réalisées par le photographe sud-africain James Oatway. Tirée d'une série photographique, ces clichés sont exposés au festival Visa pour l'Image de Perpignan jusqu'au 16 septembre.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.