1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Assurance vie : attention à la rédaction de la clause bénéficiaire
Le Revenu16/02/2016 à 09:33

Le libellé type de la clause bénéficiaire dans les contrats d'assurance vie est souvent «mon conjoint, à défaut mes enfants, à défaut mes héritiers». Ce n'est pas toujours adapté à votre situation. (© Fotolia)

Nombre de souscripteurs prêtent peu d’attention au libellé de la clause du contrat d’assurance vie qu’ils souscrivent. Le libellé type de ces contrats est souvent «mon conjoint, à défaut mes enfants, à défaut mes héritiers».  Or, ces désignations successives peuvent se révéler non adaptées au plan civil et/ou au plan fiscal.

La notion de conjoint en elle-même ne pose pas de difficulté majeure au plan civil, même en cas de remariage, puisque le bénéficiaire sera l’époux du souscripteur au moment de son décès. Toutefois, la désignation du conjoint est fiscalement pénalisante. En effet, le conjoint étant exonéré par la loi de toute taxation en matière d’assurance vie et de succession, il ne profite pas du régime fiscal avantageux de l’assurance vie alors que si les enfants du couple avaient reçu les capitaux, ils auraient chacun pu bénéficier de l’abattement spécifique de 152.500 euros et d’une imposition inférieure à celle applicable en matière de succession, sous réserve que les primes aient été versées avant les 70 ans du souscripteur-assuré (cette règle s'applique aux contrats souscrits après novembre 1991).

Prévoir le mécanisme de représentation

Par ailleurs, la désignation «mes enfants» ne permet pas d’anticiper les conséquences du décès de l’un d’eux avant le souscripteur du contrat. En matière successorale, le mécanisme de représentation

Lire la suite sur le revenu.com

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M4358281
    22 février17:45

    a force de le dire on ne saura plus la rédiger

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer