Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Assurance emprunteur et loisirs à risque : quelles conséquences ?
information fournie par Boursorama Banque23/06/2022 à 16:40

Loisirs à risque et assurance emprunteur ne font pas bon ménage (Crédits photo : Unsplash - Sebastian Staines )

Loisirs à risque et assurance emprunteur ne font pas bon ménage (Crédits photo : Unsplash - Sebastian Staines )

Bien qu'on n'y pense pas souvent, la pratique, même occasionnelle, d'un sport à risque peut avoir un impact direct sur la couverture garantie par votre assurance de prêt immobilier. Explications.

C'est quoi, un sport à risque ?

Lorsqu'on parle de «sport à risque», on pense généralement à des disciplines dont le danger pour les pratiquants semble assez évident, comme du deltaplane, de l'escalade ou encore du saut à l'élastique.

Mais en matière d'assurances, la catégorie s'avère bien plus large : chaque compagnie est libre d'établir sa propre liste de sports et de loisirs qu'elle souhaite classer comme «à risques», en se basant entre autres sur des statistiques annuelles pour déterminer les pratiques physiques qui donnent lieu au plus d'accidents graves, pouvant entraîner des décès ou des invalidités.

Ainsi, le cyclisme, le judo, l'escrime ou encore le karaté sont bien souvent jugés «extrêmes» par les assureurs, tout comme l'équitation ou encore… le roller.

Pour savoir si l'activité qui vous passionne est considérée ou non à risque par votre compagnie d'assurance, consultez attentivement les conditions générales de votre contrat ou contactez directement votre assureur.

Quelles conséquences sur votre assurance emprunteur ?

Comme toutes les autres assurances, l'assurance de prêt immobilier a pour objet de couvrir un risque dit «aléatoire», c'est-à-dire indépendant de la volonté des parties.

Or, en pratiquant un sport ou loisir à risque, vous vous mettez consciemment en situation de risque : personne ne vous oblige à pratiquer le ski ou l'escalade, vous le faites par choix, en sachant que c'est une activité au cours de laquelle vous pouvez vous faire plus ou moins mal.

Cette disparition du côté aléatoire du risque à des conséquences directes sur la validité de votre contrat d'assurance emprunteur.

A lire aussi : Assurance emprunteur : dans quels cas êtes-vous protégé ?

Assurance emprunteur : modifier les quotités assurées en cours de prêt

Assurance emprunteur : à quoi sert la déclaration non-fumeur ?

Que devez-vous faire si vous pratiquez un sport à risque ?

Si votre pratique d'un sport à risque est régulière, vous devez le signaler à votre assureur au moment de la souscription du contrat d'assurance emprunteur .

Celui-ci en tirera les conséquences sur l'impact sur votre profil risque et pourra :

  • Soit vous appliquer une clause d'exclusion, c'est-à-dire que vous ne serez pas couvert par votre contrat en cas de décès ou de séquelles faisant suite à un accident survenue lors de la pratique du sport extrême.
  • Soit vous proposer de payer une surprime de cotisation, en échange de quoi vous serez couvert même lors de la pratique de l'activité extrême déclarée.

Bon à savoir : Si vous vous prenez de passion pour un sport à risque après la souscription de votre contrat, vous êtes tout de même tenu de signaler ce changement à votre assureur.

Que se passe-t-il quand vous êtes en vacances ?

On y pense peu dans l'euphorie du moment, mais les activités ponctuelles que l'on peut pratiquer en vacances sont elles aussi concernées par les règles énoncées précédemment.

Si vous envisagez de pratiquer le jet ski pendant vos congés, vous avez devez théoriquement le déclarer en amont à votre assureur. Certaines compagnies d'assurance vous proposeront de payer une surprime provisoire afin d'être couvert.

Si vous ne le déclarez pas ou que votre assureur décide une clause d'exclusion, ayez bien en tête qu'en cas d'accident, même avec des séquelles à long terme, vous ne serez pas couvert et devrez continuer à assumer par vous-même le remboursement de votre prêt immobilier.

De quoi y réfléchir à deux fois avant de jouer les casse-cou…

Stéphanne Coignard (redaction@boursorama.fr)

4 commentaires

  • 24 juin16:22

    Je paie 130 € par ans pour mon assurance sportive du parachutisme et si je veux je peux faire 3000 sauts par ans et pour une maison ils voudraient me faire payer 10 X plus................


Annonces immobilières