1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Acheter un logement plus grand : un luxe bientôt inabordable ?
Boursorama24/10/2019 à 13:45

La montée des prix immobiliers empêcherait-elle d'agrandir son logement ? (Crédits : Fotolia )

Des taux de crédits bas et une demande qui ne faiblit pas sont les ingrédients principaux de la dynamique immobilière actuelle. Ce qui tire les prix vers le haut mais aussi les budgets nécessaires aux ménages qui veulent revendre pour acheter plus grand. Explications

C'est devenu un élément d'explication récurrent pour expliquer le dynamisme du marché immobilier depuis la rentrée. Le niveau des taux, toujours au plancher, permet aux ménages de s'endetter plus facilement. Une situation résumée par le réseau Century 21 dans sa dernière analyse de marché : « Ces conditions bancaires extraordinairement favorables rendent l'acquisition immobilière désormais possible aux ménages les plus modestes ; elles permettent également à des familles d'acheter plus grand en bénéficiant à mensualités identiques, d'une enveloppe financière plus substantielle ».

Des taux plus bas pour emprunter plus

A l'appui de sa démonstration le réseau précise que lorsque les taux de crédits étaient à 4 %, en 2009, on pouvait emprunter sur 20 ans 172.000 euros pour une mensualité de 1.000 euros. Dix ans plus tard, pour la même mensualité on peut emprunter 212.000 euros, soit 40.000 euros de plus. Avec un budget plus important, on peut effectivement acheter plus grand . Une mécanique valable dans des métropoles qui ne sont pas en tension immobilière (c'est-à-dire où l'offre est plus abondante que la demande) et où les prix ne sont pas trop élevés. Or sur les neuf derniers mois, «la pénurie de biens disponibles se profile. L'offre recule en effet de 10 % au niveau national et même de 11 % en régions par rapport à la même période l'an dernier où le recul était déjà marqué, précise la dernière analyse du réseau Laforêt. Et concernant les prix, le réseau constate une progression au niveau national de 2,5%.

Lire notre dossier spécial : Comment bien négocier votre crédit immobilier ?

Une croissance de la demande et des prix

Selon Laforêt, du fait de la progression de la demande (en croissance de 17%), un bien disponible compte désormais 10 acquéreurs potentiels. A Paris, le rapport est encore plus déséquilibré avec un bien disponible pour 80 acquéreurs potentiels. « Sur Paris, le prix moyen du m2 fait un bond en avant de 5,7% pour atteindre 10.084 euros. Même constat dans les principales métropoles régionales avec une hausse des prix au m2 de près de 6% à Lyon, Nantes, Rennes ou Toulouse », indique le réseau Laforêt.

A savoir

L'investissement locatif profite également du dynamisme du marché

Selon le réseau Century 21, le nombre de transactions destinées à l'investissement locatif a augmenté de 19,9% entre le troisième trimestre 2018 et le troisième trimestre 2019. Cet investissement dans la pierre représente désormais «27,1 % des transactions en France ». Un niveau « jamais encore observé. Par comparaison, il y a 10 ans, la proportion des investissements n'était que 14,8 % » selon Century 21. Même son de cloche du côté du réseau Laforêt qui précise que ce segment attire une nouvelle catégorie d'investisseurs, les moins de 35 ans « qui seraient un tiers à souhaiter se tourner vers ce type de projet. Généralement locataires dans des quartiers prisés, en cœur de ville où ils n'ont pas toujours les moyens d'acheter, ils se décident à investir dans un logement locatif dans des zones plus accessibles, afin de se constituer un patrimoine ».

Acheter plus grand coûte plus cher dans les métropoles

La hausse des prix n'est pas seulement un frein potentiel pour les primo-accédants. Elle concerne également les secundo-accédants, des ménages déjà propriétaires qui veulent revendre pour acheter plus grand. Le site SeLoger s'est intéressé à cette problématique du coût représenté par l'achat d'une pièce en plus. Selon les calculs du site, la palme de la métropole où passer d'un deux pièces à un trois pièces revient le plus cher, est attribuée à Nice. Le surcoût généré est estimé à 58%. Nantes arrive en seconde position (57 % de surcoût). Paris arrive en troisième position avec un budget qui gonfle de 54%. Par comparaison agrandir son lieu de vie à Marseille n'entraine un surcoût que de 37 %. Même chose pour Toulouse.

Surcoût à prévoir dans un budget pour passer d'un T2 à un T3

Ville  Prix moyen 2 pièces Prix moyen 3 pièces  Evolution d'un 2 pièces à un 3 pièces
Nice 238.430 euros 377.331 euros +58 %
Nantes 175.753 euros 275.449 euros +57 %
Paris 530.839 euros 815.446 euros +54 %
Bordeaux 240.486 euros 358.547 euros +49 %
Lille 170.358 euros 252.691 euros +48 %
Strasbourg 160.191 euros 227.861 euros +42 %
Lyon 256.980 euros 360.641 euros +40 %
Rennes 168.624 euros 235.689 euros +40 %
Marseille 144.855 euros 198.990 euros +37 %
Toulouse 157.619 euros 215.275 euros +37 %

Source : SeLoger.com

La situation est globalement la même lorsqu'on veut passer d'un trois pièces à un quatre pièces. Nice continue d'être la métropole la plus chère (62% de surcoût en termes de budget), suivie de Paris (53% de budget en plus) et Nantes (51%). Bordeaux et Rennes en revanche se révèlent plus accessibles lorsqu'on veut des m2 en plus avec respectivement une hausse de budget de 31 et 28%. Des chiffres qui ne doivent pas faire oublier qu'il s'agit de villes où les prix ont bondi ces dernières années par effet de rattrapage. Selon MeilleursAgents, les prix ont connu une courbe ascendante durant les cinq dernières années de 34,9% pour Bordeaux et de 24,1% pour Rennes.

Surcoût à prévoir dans un budget pour passer d'un T3 à un T4

Ville  Prix moyen 3 pièces Prix moyen 4 pièces Evolution d'un 3 pièces à un 4 pièces
Nice 377.331 euros 609.392 euros +62 %
Paris 815.446 euros 1.249.228 euros +53 %
Nantes 275.449 euros 415.983 euros +51 %
Lille 252.691 euros 375.375 euros +49 %
Toulouse 215.275 euros 312.639 euros +45 %
Strasbourg 227.861 euros 329.447 euros +45 %
Marseille 198.990 euros 277.832 euros +40 %
Lyon 360.641 euros 494.346 euros +37 %
Bordeaux 358.547 euros 467.968 euros +31 %
Rennes 235.689 euros 302.654 euros +28 %

Source : SeLoger.com

redaction@boursorama.fr

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • cmaignan
    23 octobre14:18

    Qui se souvient encore du site bulle immobiliere ou les pseudo experts nous abreuvaient de graphiques et nous traitaient de tous les noms. Ben pleurez maintenant. Crédit rembourser grâce aux locataires, économie d' impots, et patrimoine à vendre pour la retraite......

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer