Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Faut-il modifier la clause bénéficiaire de son assurance-vie après un divorce ou une séparation?
Dernière mise à jour le : 12/06/2020

Pensez à modifier la clause bénéficiaire de votre assurance-vie après un divorce ou une séparation crédit photo : fizkes/Shutterstock / fizkes

En souscrivant un contrat d'assurance-vie, le choix des options est déterminant. Si vous ne modifiez pas la clause bénéficiaire de votre contrat, votre conjoint sera automatiquement désigné comme bénéficiaire, même si vous êtes séparés ou divorcés. Vous devez donc rester vigilant.

Sommaire:

  • Assurance-vie, Pacs et Concubinage
  • Penser à modifier la clause bénéficiaire d'une assurance-vie après un divorce ou une séparation
  • Faire preuve de prudence lors de la souscription et ne pas se limiter à l'option standard

Assurance-vie, Pacs et Concubinage

Dans bien des cas un contrat d'assurance-vie permet de protéger son conjoint en cas de décès. Celui-ci peut jouer un rôle d'autant plus important si le couple n'est pas marié (pacsé ou pas) et peut se révéler très utile.

La très grande majorité des couples mariés le sont sans contrat. Ils relèvent alors d'un régime de la communauté réduite aux acquêts. Ils sont conjointement propriétaires de tous les biens acquis après le mariage. En cas de décès, le survivant recueille une partie des biens de l'autre (25% en pleine propriété ou 100% en usufruit) et 50% des biens communs.

L'assurance-vie, qui permet de désigner son conjoint comme bénéficiaire, peut lui conférer une part d'héritage supérieure à celle qui lui reviendrait normalement. En effet, comme l'assurance-vie est transmise en dehors de toute succession, les capitaux légués grossissent la part du conjoint et diminue celle affectée à la réserve des enfants.

Dans le cadre, d'un Pacs, les conjoints ne disposent d'aucun privilège en matière de succession. Ils sont considérés comme des tiers, sauf à faire un testament qui mentionne explicitement que le partenaire doit être désigné comme héritier, ce qui permet alors de ne pas payer de droit de succession. Mais pour cela, encore faut-il que le partenaire n'ait pas d'enfants. L'assurance-vie est alors le moyen idéal et le plus simple pour protéger son partenaire, puisque les capitaux transmis échappent aux règles habituelles d'une succession. Il suffit alors de désigner le partenaire du Pacs comme bénéficiaire.

Il en va de même entre concubins puisqu'ils sont toujours tenus de payer des droits de succession, d'ailleurs très lourds en cas de décès de l'autre. L'assurance-vie peut permettre d'y échapper puisque le choix du bénéficiaire du contrat par le souscripteur est libre.

Penser à modifier la clause bénéficiaire d'une assurance-vie après un divorce ou une séparation

Ces avantages peuvent se transformer en inconvénient majeur en cas de divorce ou de séparation. En effet, le bénéficiaire reste le conjoint, sauf à modifier son contrat et encore cela n'est pas toujours possible. Deux cas de figures sont possibles:

  • Si la clause bénéficiaire désigne le bénéficiaire comme «mon conjoint», sans le nommer, elle s'applique jusqu'au divorce ou séparation, ceux-ci devant être signifiés à la compagnie d'assurance dès le jugement rendu ou le pacs dissolu.
  • Si la clause bénéficiaire désigne un individu nommément, celui-ci peut s'opposer à tout changement. Pour les contrats souscrits après le 1er janvier 2005, l'acceptation par le bénéficiaire entraine l'irrévocabilité de la désignation. Il n'est plus possible de modifier la clause bénéficiaire dès lors que la personne désignée initialement l'a acceptée. Par conséquent le divorce ou la séparation n'a aucune incidence sur le bénéficiaire des contrats. Concernant les contrats souscrits et acceptés avant le 1er janvier 2005, la clause bénéficiaire est librement révocable.

A savoir

Pour une clause bénéficiaire précisant à la fois «mon conjoint» et le nom et prénom de celui-ci, la compagnie d'assurance considère généralement que la personne reste bénéficiaire, même si elle n'est plus le conjoint. Il est donc primordial de le signaler et de modifier la clause bénéficiaire dès que la séparation est effective.

Faire preuve de prudence lors de la souscription et ne pas se limiter à l'option standard

Pour limiter les incidents, il est possible d'ajouter une mention à la clause bénéficiaire précisant la notion de conjoint: «le conjoint de l'assuré non séparé de corps ou à la condition qu'une procédure de divorce ne soit pas déclarée», constitue la formulation classique à ajouter.

S'il existe des enfants conçus dans le cadre de l'union ou en dehors, il est préférable de les désigner comme bénéficiaires, même si cela se fait au détriment du conjoint. Cette mesure de prudence s'applique d'autant plus aux femmes s'engageant dans une union avec un conjoint ayant déjà une ou deux unions au préalable à son actif avec des enfants. Elle s'adresse aussi aux femmes ayant déjà des enfants d'une précédente union. Dans tous les cas de figure, il est utile de se renseigner auprès de son notaire afin de connaitre les dispositions à prendre et/ou les difficultés associées à la désignation d'un bénéficiaire avant de souscrire un contrat d'assurance-vie.

Lors de la dissolution d'une union, il convient donc d'examiner un par un, tous les engagements pris en commun, a fortiori du point de vue patrimonial, afin de ne pas laisser à ses enfants la gestion de conflits n'ayant pas lieu d'être et/ou qui devraient être éteints de longue date.

Assurance Vie

Retrouvez le simulateur d'Assurance Vie Boursorama, l'outil parfait pour la simulation et le calcul de votre Assurance Vie.

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer