1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Retraites: la situation se dégrade encore
Le Figaro12/06/2019 à 08:24

Retraites: la situation se dégrade encore (Crédit photo: José Manuel de Laá - Pixabay)

Le système restera durablement en déficit jusqu'en 2042 au mieux, et non 2036 comme prévu il y a un an.

C'est un encouragement à agir, et vite! Alors que le gouvernement est en train de peaufiner son projet de réforme systémique des retraites, le sixième rapport annuel du Conseil d'orientation des retraites (COR), qui sera présenté jeudi et dont Le Figaro s'est procuré une copie, montre qu'il y a plus que jamais nécessité à réformer.

Malgré la hausse des ressources du système de retraites entre 2002 et 2018, la progression plus forte encore des dépenses s'est traduite par un déséquilibre financier du système passé d'un excédent annuel jusqu'en 2007 à un besoin de financement, qui s'est fortement creusé entre 2008 et 2010. Grâce aux différentes réformes - notamment celle menée par Éric Woerth en 2010, qui a repoussé de deux ans l'âge légal de départ -, le système est quasiment revenu à l'équilibre en 2017, au point de provoquer un satisfecit à l'époque des socialistes au pouvoir, Marisol Touraine et François Hollande en tête. Mais voilà que la situation se dégrade à nouveau.

À l'horizon 2022, sans nouvelle réforme paramétrique, le système de retraites sera déficitaire, avec un besoin de financement estimé à 0,4 % du PIB, soit peu ou prou une dizaine de milliards d'euros. Et pour cause. Durant cette période, la part des dépenses va se stabiliser mais celle des ressources va diminuer. Et cela en raison de la modification de la masse salariale: la part des régimes équilibrés (notamment celui des fonctionnaires de l'État) va baisser dans la masse salariale totale.

Un résultat pour le moins paradoxal. En fait, plus l'État réduit le nombre de fonctionnaires ou modère leurs rémunérations, plus il contient l'évolution des dépenses publiques, mais moins les ressources du système sont importantes. Ce qui participe de facto à une dégradation du solde.

Croissance aléatoire

Résultat, le système des retraites resterait en besoin de financement jusqu'en 2042, et non 2036, comme le COR l'avait annoncé en juin dernier. Dans le meilleur des cas, il ne reviendrait donc à l'équilibre que dans... 23 ans (avec une croissance de 1,8 %), voire seulement en 2056 (si la croissance est de 1,5 %). Entre-temps, le système aura connu des besoins de financement de l'ordre de 0,5 % à 0,6 % du PIB par an entre 2023 et le milieu des années 2030. Il reviendrait ensuite dans le vert et dégagerait des excédents entre 0,9 % et 0,2 % du PIB, en 2070.

Mais cela ne tient que si la croissance est forte. Dans le cas contraire, le système de retraites restera durablement en déficit. Avec une croissance à 1,3 % par exemple, le besoin de financement atteindrait 0,6 % à 0,7 % du PIB entre 2025 et 2050 puis se réduirait pour se stabiliser avec un excédent de 0,3 % en 2070. Avec une croissance de 1 %, le besoin de financement se stabiliserait au milieu des années 2030 aux alentours de 1 % du PIB.

Sans surprise, les projections montrent également que le nombre de retraités va augmenter, passant de 16,3 millions en 2018 à 24,5 millions en 2070. Cette progression sera particulièrement rapide jusque vers 2035-2040 du fait de l'arrivée à la retraite des générations nombreuses du baby-boom, même si cette évolution sera atténuée par la montée en charge des effets des réformes des retraites.

Résultat, le rapport entre le nombre de cotisants et le nombre de retraités va diminuer sensiblement, passant de 1,7 cotisant par retraité en 2018 à environ 1,3 à l'horizon 2070. Et ce, même si l'âge effectif de départ devrait passer de 62 ans en 2018 à environ 64 ans à partir de la fin des années 2030, du fait notamment de la hausse de la durée d'assurance requise pour le taux plein et des entrées plus tardives sur le marché du travail.

Les pensions devraient, elles, connaître une baisse moyenne relative par rapport au revenu moyen des actifs après une longue période de hausse régulière. Cela ne signifierait pas pour autant un appauvrissement en termes réels des futurs retraités: la pension moyenne continuerait de croître en raison du remplacement des anciennes générations de retraités par de nouveaux retraités, souvent plus diplômés et aux pensions en moyenne plus élevées.

Déficit accru pour la Sécu en 2019

Comme Le Figaro l'avait indiqué, les comptes de la Sécu, censés sortir du rouge cette année, devraient accuser un déficit de l'ordre de 1,7 milliard d'euros, selon un rapport présenté, mardi, par la commission des comptes de la Sécurité sociale.

Ce déficit bondira même jusqu'à 4,4 milliards si le gouvernement ne compense pas les mesures d'urgence votées fin 2018 en réponse au mouvement des «gilets jaunes», amenant la commission des comptes à s'inquiéter du fait que «la trajectoire de retour à l'équilibre de la Sécurité sociale serait ainsi compromise». Hors impact des mesures d'urgence, le ralentissement de la croissance économique (1,4 % attendu cette année, contre 1,7 % prévu) explique la dégradation des comptes par rapport au scénario originel.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer