1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Retraite : l'OCDE plaide pour une réduction des pensions de réversion

Boursorama avec Newsgene06/12/2018 à 16:43

(Pixabay / sabinevanerp)

L'OCDE a publié lundi 3 décembre son rapport annuel sur les pensions de retraite. L'organisation pointe le système des pensions de réversion qui défavorise les célibataires et les couples bi-actifs. Sans vouloir faire disparaître ce dispositif, l'OCDE plaide pour une réduction de ces pensions et un système plus souple.

Dans le cadre de la prochaine réforme des retraites, le gouvernement envisage une « harmonisation » des régimes de réversion, un sujet particulièrement sensible en France. Mais l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) va plus loin. Dans son rapport annuel sur les retraites publié ce lundi 3 décembre, elle se demande s'il est pertinent de maintenir les pensions de réversion aux niveaux actuels, rapporte Les Echos. Avec une question osée : « A-t-on encore besoin de pensions de réversion ? ».

Les célibataires et les couples bi-actifs défavorisés

Ce système permet à une personne veuve de percevoir en moyenne 50% de la retraite de son conjoint défunt. L'OCDE s'accorde pour dire que ces pensions ont une utilité quand elles assurent un niveau de vie honorable aux veufs et aux veuves. Mais le système actuel défavorise selon l'organisme les célibataires et les couples dont les deux membres travaillent. Ces derniers paieraient en quelque sorte pour la retraite des autres.

L'OCDE plaide donc pour que le coût de la réversion soit « internalisé » au sein de chaque foyer ou au moins réparti seulement sur les couples, précise Les Echos, comme c'est le cas en Suède ou au Chili. Dans ces pays, les époux peuvent faire le choix d'une pension réduite de leur vivant permettant au défunt d'obtenir davantage par la suite. Mais pour appliquer cette mesure, les retraités en couple devraient accepter de voir leur pension baisser de 9%. Seule condition pour ne pas alourdir le coût du système.

La solution du splitting ?

L'organisation avance une autre méthode adoptée en Suisse et optionnelle en Allemagne : le « splitting ». Dans ce cas, les couples mettent en commun leurs droits à la retraite. Cette somme est ensuite divisée à 50-50 ou bien selon leurs apports respectifs.

Mais l'OCDE a bien conscience que ça ne suffit pas. « Après la mort de leur conjoint, les survivants qui n'ont pas travaillé perdent en moyenne 24% de leur revenu disponible dans les 35 pays de l'OCDE. Sans réversions, la perte serait de 61 % », précise l'organisation.

Mieux vaut donc toujours garder un socle de réversion en complément d'éventuelles pensions partagées. Les auteurs expliquent qu'avec « un splitting à 50-50, un taux de remplacement autour de 40 % suffirait pour améliorer le niveau de vie d'une veuve n'ayant jamais travaillé, alors qu'il faudrait un taux de 70 % en l'absence de splitting ».

21 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M3366730
    06 décembre20:43

    Regardez les niveaux de prélèvements obligatoires qui ont baissés sous Sarkozy ! mais très fortement augmentés sous Hollande (cela ne coûte rien, c'est l'état qui paie), ALORS !!!! ttps://www.fipeco.fr/fiche.php?url=L%C3%A9volution-des-pr%C3%A9l%C3%A8vements-obligatoires

    Signaler un abus

  • M3366730
    06 décembre20:36

    Déjà supprimer cela :https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-chiffres-cles/Facture-EDF-52-de-taxesSix ! C'est le nombre de taxes, visibles, que l'on trouve sur les factures : taxe sur la "Consommation finale d'Electricité" (sic !), "Contribution au Service public d'Electricité" (CSPE), "Contribution tarifaire d'Acheminement Electricité" (CTA), TVA à 5.5 %, TVA à 19.6 % et à 20 %. F

    Signaler un abus

  • M3366730
    06 décembre20:35

    Déjà supprimer tout cela https://www.fipeco.fr/fiche.php?url=Les-d%C3%A9penses-publiques-en-faveur-de-la-SNCF Les administrations publiques ont versé 11,5 Md€ à la SNCF en 2017 (10,8 Md€ en 2016). En outre, les contributions de l'Etat et du régime général des salariés du secteur privé au financement de son régime spécial de sécurité sociale se sont élevées à 3,4 Md€ en 2017.

    Signaler un abus

  • M3366730
    06 décembre20:22

    Il faudrait déjà aligner à la baisse les régimes de retraite des régimes spéciaux et de fonctionnaires pour les aligner sur les retraites des salariés du privé. A cotisation égale, retraite égale, non :)

    Signaler un abus

  • rdesboi1
    06 décembre19:11

    En temps que réfugié ou étranger arrivé sur le sol français avant hier , j'aurais eu droit a 1200 euros....mais pas de chance je suis français....

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer