Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Immobilier : vers une remontée des taux et la fin des renégociations de crédits

Boursorama16/06/2015 à 09:49

En France, la remontée des taux du crédit immobilier se situe entre 0,1 et 0,3 points de pourcentage selon les établissements.

Avec le rebond des taux souverains au cours des dernières semaines, les anticipations du début du mois de juin se confirment : les taux du crédit immobilier repartent à la hausse. Le mouvement reste cependant très progressif et pourrait n’être que temporaire.

Après avoir connu une remontée notable fin avril-début mai puis une phase d’accalmie par la suite, les taux souverains sont repartis une nouvelle fois à la hausse depuis le début du mois de juin avec le relèvement des estimations d’inflation en zone euro de la part de Mario Draghi, président de la BCE.

Le taux d’emprunt français à 10 ans se situe depuis une semaine au-dessus de 1,20%, alors qu’il était tombé à 0,35% à la mi-avril.

Bien que les taux obligataires et les taux de crédit immobiliers soient deux mondes différents, une corrélation existe entre ces deux domaines car les taux d’emprunts souverains servent encore de référence pour définir le « taux sans risque » utilisé par les établissements de crédit pour calculer les taux de crédit immobilier en y ajoutant une marge en fonction du risque de chaque emprunteur.

Les banques remontent leurs taux et commencent à rejeter les dossiers de renégociation

« Dans les faits, les taux proposés aux emprunteurs [immobiliers] sont toujours au plus bas. Mais une hausse se profile bel et bien », résumaient ainsi Les Echos dans leur édition du lundi 15 juin.

Déjà le 3 juin dernier, Le Figaro expliquait que « certaines banques commencent à relever leurs taux. LCL a été la première fin mai (+0,1%). Deux autres établissements viennent de lui emboîter le pas: Société générale, avec une hausse de 0,2% et deux caisses régionales de la Caisse d’épargne, avec des augmentations comprises entre 0,05% et 0,15% ».

« Après un nouveau plancher historique atteint en mai, à 2,01% sur un peu plus de six-sept ans [hors assurance], un certain nombre de banques révisent leur barème à la hausse », remarquaient également Les Echos lundi, évoquant cette fois-ci des redressements  qui « atteignent entre 0,1 et 0,3 point ».

« La fin de cette baisse de taux signe aussi la fermeture de la fenêtre de renégociation des emprunts immobiliers déjà contractés. Des établissements bancaires commencent à refuser ces dossiers », poursuivait le journal.

Remontée partiellement amortie

Malgré ce mouvement de hausse, les taux de crédit immobilier restent toujours à des niveaux historiquement faibles, et pour cause.

Les taux souverains à 10 ans sont en effet descendus plus vite que les taux du crédit immobilier au cours des 12 derniers mois. Début 2014, l’OAT française se situait à 2,5% alors que le taux de crédit immobilier moyen pratiqué se situait autour de 3% hors assurance (selon des données des Echos). En avril dernier, l’OAT française était descendue à 0,35% pour des taux immobilier autour de 2% : l’écart entre les deux taux s’était donc creusé d’un peu plus d’un point de pourcentage en 16 mois.

Le rebond des taux souverains est donc pour l’instant absorbé en grande partie par la contraction de cet écart, et ne se retrouve donc que marginalement répercuté dans la hausse des taux du crédit immobilier.

La suite dépendra des mouvements du marché obligataire : si les taux souverains poursuivent leur progression, leur répercussion sur les taux de crédit immobilier pourrait être plus forte qu’actuellement. Dans le cas inverse, les craintes sur les hausses des taux de crédit immobilier pourraient s’apaiser.

X. B.

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.