Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Construction : la vague verte des municipales inquiète le monde du logement
Boursorama avec Newsgene02/07/2020 à 16:57

Construction : la vague verte des municipales inquiète le monde du logement

Le secteur de la construction ne voit pas vraiment d'un bon œil la vague verte aux municipales. Les professionnels craignent que les maires écologistes freinent l'activité par le biais des permis de construire. Depuis l'élection d'Eric Piolle à Grenoble en 2014, le nombre de permis de construire a chuté de près de 40%.

La vague verte des municipales inquiète les professionnels de la construction. Elus pour la première fois dans plusieurs grandes villes françaises, les maires écologistes vont-ils freiner les nouveaux logements ? Le secteur surveille nerveusement ces adversaires déclarés de la « bétonisation » des villes. « On craint un coup d'arrêt ou en tout cas un ralentissement », reconnaît auprès de l'AFP Olivier Salleron, président de la Fédération française du bâtiment (FFB).

« Il va y avoir un sacré blocage »

Les résultats des municipales sont sans précédent. Jusqu'alors, Grenoble était la seule métropole française dirigée par un élu vert. Lyon, Strasbourg et Marseille l'ont rejointe, et de plus petites villes comme Besançon et Poitiers. Ces nouveaux maires écologistes ont souvent fait campagne sur une franche opposition aux projets de construction immobilière, au nom de la défense de l'environnement.

A Bordeaux, Pierre Hurmic promet ainsi de « geler les programmes immobiliers » pour lutter contre la « bétonisation » supposée de la ville. « Aujourd'hui sont arrivées des personnes qui ont vraiment des idées bien arrêtées et je pense qu'il va y avoir un sacré blocage », craint Olivier Salleron.

De telles frictions interviendraient alors que le besoin de logements est pressant dans plusieurs grandes villes gagnées par les écologistes, comme en témoigne une hausse marquée des prix ces dernières années à Bordeaux et, plus récemment, à Lyon. Surtout, la construction a été brutalement interrompue plusieurs mois par la crise du coronavirus, au point de menacer le marché d'un déficit de plusieurs dizaines de milliers de logements neufs cette année.

Une flambée des prix dans l'ancien ?

Or, les maires détiennent une responsabilité cruciale dans la politique du logement en décidant ou non d'octroyer la plupart des permis de construire. « Si ces élus veulent que la ville soit vraiment écologiste, il ne faut pas qu'ils imposent des choses à des fins électorales et populistes », estime auprès de l'AFP Marc Villand, un responsable de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI). « Sinon, qu'est-ce qui va se passer? Il n'y aura plus de projets nouveaux et les prix de l'ancien vont flamber », insiste-t-il, s'attendant néanmoins à ce que les nouveaux maires écologistes adoucissent leurs discours.

Certains nouveaux maires verts ont effectivement un discours nuancé. Celui de Lyon, Grégory Doucet, veut limiter les immeubles de bureaux dans le quartier d'affaires de la Part-Dieu, mais au profit de nouveaux logements.

Une chute de 40 % des permis de construire à Grenoble

On peut regarder celle déjà en place à Grenoble, dont le maire Eric Piolle a été réélu largement dimanche. Depuis son arrivée au pouvoir en 2014, le nombre de permis de construire des logements y a chuté de près de 40%. Sur la même période, il a aussi décliné en France mais de manière bien moins marquée.

Ces chiffres annoncent-ils un effondrement dans toutes les nouvelles villes vertes ? Difficile d'en juger et certains professionnels refusent d'ailleurs de restreindre leurs inquiétudes aux seuls élus verts. Ils remarquent que certaines thématiques écologistes dominent désormais largement le débat public, comme la lutte contre l'étalement urbain.

« C'est bien gentil de planter de la lavande »

Avec cette idée, selon laquelle les villes grandissent trop vite au détriment des zones rurales. Ce sont surtout les constructeurs de maisons qui se sentent menacés. « On déconne complètement. Si on ne fait plus de maisons et qu'on ne fait plus d'immeubles, qu'est-ce qu'on va faire ? », regrette auprès de l'AFP Patrick Vandromme, patron d'Hexaom, premier constructeur de maisons en France.

Il vise surtout la Convention citoyenne pour le climat. Ces citoyens tirés au sort viennent de rendre leurs conclusions et demandent, entre autres, de limiter drastiquement l'artificialisation des sols.

« C'est inquiétant pour l'avenir du logement et pour la (sortie) de la crise économique, conclut M. Vandromme. C'est bien gentil de planter de la lavande mais ce n'est pas ça qui va faire repartir la machine ».

9 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M3366730
    02 juillet20:49

    kram, le clientélisme, électoralisme fait que les élus de gauche mais également certains de droite passent sur des faits qui devraient être répréhensibles quelque soit la région. Grenoble ne récolte que ce que la municipalité sème. Quand à la population selon l'INSEE, elle n'a gère évoluée en nombre entre 2014 et 2019, par contre moins de jeunes (cependant 161 616 habitants en 1968 et 158 454 en 2018 sachant que la population globale en France est en augmentation constante).

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer