Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Acheter au dernier étage sans ascenseur, une mauvaise affaire ?

Le Figaro 07/12/2017 à 06:00

FOCUS - L'animateur Stéphane Plaza a récemment confié s'être acheté un logement au 6e étage sans ascenseur, ce qu'il déconseille fermement en tant qu'agent immobilier. Achat, revente, surcote, décote... le point sur les forces et faiblesses de ces biens atypiques.

Un logement situé au dernier étage, tout le monde (ou presque) en rêve. Mais lorsque le nid douillet est dépourvu d'ascenseur, l'enthousiasme a tendance à s'estomper. D'ailleurs, ce n'est pas un hasard si Stéphane Plaza a fait mine de s'excuser lorsqu'il a avoué à Michel Drucker s'être offert ce genre de logement. «J'ai toujours dit qu'il ne fallait pas que j'achète un sixième étage sans ascenseur, confiait l'animateur sur le plateau de Vivement dimanche. Et bien je l'ai fait. Comme quoi, je ne sais pas ce qui m'a pris. Le coup de foudre. J'ai acheté tout ce à quoi j'avais dit non.»

» LIRE AUSSI - Stéphane Plaza ne fait pas l'unanimité chez les agents immobiliers

Ce genre d'achat impulsif est-il tout à fait déraisonnable? Le Figaro Immobilier a voulu en avoir le cœur net en consultant des spécialistes. «Le dernier étage, c'est un marché de niche avec un public en quête du Graal: la luminosité, l'exposition, le calme, la vue, la position dominante... explique Murielle Bruneau-Hofstein, fondatrice de l'agence spécialisée Dernier étage Paris. C'est un achat émotionnel, parfois irrationnel, complètement soumis au coup de cœur. Donc si tous les autres critères sont réunis, l'absence d'ascenseur peut devenir secondaire pour ce public.»

» LIRE AUSSI - Le promoteur Plaza Immobilier gardera son nom malgré Stéphane Plaza

Selon cette spécialiste, parmi les 8 à 10% de logements situés en dernier étage dans la capitale près de 40% d'entre eux seraient dépourvus du précieux équipement qui dispense de s'essouffler dans l'escalier. Pour elle, un dernier étage à Paris se négocie en moyenne 15 à 20% plus cher qu'un produit comparable dans les étages inférieurs. Les prix peuvent rapidement s'envoler entre 15.000 et 20.000 euros du mètre carré et l'absence d'ascenseur ne se paierait qu'à raison d'une décote de 5%.

Un achat discriminant

De son côté, le président du réseau Century 21, Laurent Vimont, se montre plus dubitatif. S'il comprend l'achat coup de cœur d'un confrère «relativement jeune», il estime, tout sportif qu'il est, que le «prix physique» à payer est très lourd quand on prend en compte les courses, les enfants et la promenade du chien... «Quand on annonce un dernier étage sans ascenseur, les rangs de la clientèle intéressée se clairsèment immédiatement, explique-t-il. C'est un type de bien très discriminant.»

Il rappelle cependant avec humour que chaque logement dispose d'une clientèle, il ne reste qu'à la trouver et lui proposer le juste prix. Il se souvient par exemple d'avoir vendu un logement particulièrement bruyant en bordure de chemin de fer à un cheminot à la retraite qui ne supportait plus sa maison à la campagne, loin du bruit des trains... De son côté, tout en reconnaissant que les logements sans ascenseur se vendant le mieux sont des petites surfaces, Murielle Bruneau-Hofstein souligne qu'elle loge également des familles entières sous les toits, même sans ascenseur. Elle a ainsi vendu un 4 pièces montmartrois de 92 m² moyennant 966.000 euros... mais ce n'était qu'un 5e étage.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.