1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Suivez le titanesque chantier de l'extension de Monaco sur la mer

Le Figaro11/02/2018 à 07:00

VIDÉO - Le chantier de tous les records se déroule entre Marseille et Monaco. Avant de créer un nouveau quartier de 6 hectares sur la mer, il faudra construire et installer d'immenses caissons de béton jusqu'en 2020. Le tout avec un minimum d'impact sur l'environnement. Explications.

C'est un chantier à deux milliards d'euros, dont 1 milliard pour les seules fondations du nouveau quartier dont va se doter Monaco. Il faut dire que sur ce Rocher exigu de 2 km² où le mètre carré de logement dépasse désormais les 40.000 euros, tous les espaces supplémentaires sont aisément finançables. À terme, en 2025, le nouvel écoquartier de l'Anse du Portier sera installé sur un terre-plein de 6 hectares, gagné sur la mer. Et l'endroit permettra au passage de développer 60.000 m² supplémentaires de logements et de commerce.

» LIRE AUSSI - Monaco va gagner 6 hectares de luxe sur la mer

Les phases actuelles du chantier ne concernant que les infrastructures immergées doivent se dérouler jusqu'en 2020. Des travaux pilotés par Bouygues construction doivent permettre l'installation de 18 caissons de béton géants, créant une ceinture de protection de l'écoquartier contre la houle. Pour ce faire, il a fallu acheminer depuis la Pologne un immense «caissonnier», véritable usine flottante où sont coulés jour et nuit les fameux caissons de béton dans le port de Marseille. Ils sont ensuite eux-mêmes tractés en mer jusqu'à leur destination finale.

Deux aires marines protégées

Et pendant qu'on s'active en surface à Marseille et à Chateauneuf-lès-Martigues, la carrière d'où est extrait le remblai, on ne chôme pas non plus à Monaco, sous l'eau et autour. Dès l'an dernier, un écran acoustique a été installé pour limiter les nuisances sonores avant les travaux de retraits des enrochements et le dragage des sédiments pollués. Un important travail a été nécessaire pour préserver la biodiversité: c'est l'une des préoccupations bien connues du prince Albert et c'est d'autant plus nécessaire que le littoral de la Principauté comporte deux aires marines protégées: la réserve sous-marine du Larvotto et la réserve marine des Spélugues.

Après un inventaire méthodique, les grandes nacres (ces coquillages géant) et les herbiers de Posidonie (cette plante aquatique à fleur) installés sur le site du futur remblai, ont été déplacés manuellement avec beaucoup de soin. Et pour éviter que le dragage de 60.000 m3 de vases impropres pour le type de construction, ne pollue les fonds marins, d'autres précautions ont dû être prises. Il a fallu notamment installer un écran anti-turbidité pour limiter les remous et la diffusion de particules empêchant la lumière de passer. Mêmes précautions avec l'usage de «bennes écologiques», des pelles qui se ferment hermétiquement, évitant la dissémination de particules pendant la remontée des sédiments.

Cette phase achevée, il s'agit maintenant d'installer au fond de l'eau les matériaux de remblai. Acheminés par bateau, ils sont déposés à l'aide d'un tuyau robotisé permettant de mesurer très précisément l'obtention de la hauteur finale désirée. Et il ne reste ensuite qu'à compacter le tout. Lancée en novembre dernier, l'opération de mise en place du remblai devra laisser la place à la pose des caissons qui est prévue à partir de juin pour s'achever fin 2019. Ce n'est qu'à la mi-2020 que les travaux d'infrastructure devraient s'achever pour laisser la place à des constructions immobilières plus traditionnelles.

Les grandes phases du chantier

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.