Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Macron, une bonne ou une mauvaise nouvelle pour vos finances ?

Boursorama26/04/2017 à 09:28

Macron, une bonne ou une mauvaise nouvelle pour vos finances ?

Taxe d'habitation, épargne, pouvoir d'achats. Comment Emmanuel Macron va-t-il influer sur vos finances s'il est élu ? Décryptage des principales mesures du leader du mouvement En marche. 

Soutenir l’investissement

« Favoriser la mobilité des capitaux pour qu’ils investissent l’économie réelle » c’est l’objectif d’Emmanuel Macron selon Éric Delannoy, l’un de ses soutiens.  Pour cela, le leader du mouvement En marche propose de mettre en place une flat taxe de l’ordre de 30% sur toutes les valeurs mobilières (intérêts, dividendes, plus-values sur titre), prélèvements sociaux inclus. Une mesure très intéressante notamment sur les plus-values qui sont actuellement soumises à l’impôt sur le revenu.

Pour d’autres, « il faudra faire au cas par cas » explique le directeur du cercle de l’Epargne, Philippe Crevel. En effet, dans le cas des dividendes par exemple, il existe actuellement un abattement de 40%, les 60% restants soumis à l’impôt sur le revenu. Pour certains, « ca ne sera pas automatiquement plus intéressant du fait de la suppression de l’abattement »

Le prélèvement forfaitaire unique de l’ordre de 30 % va également toucher l’assurance-vie dont la fiscalité est actuellement de l’ordre de 23%. Seuls seront touchés les nouveaux revenus pour les encours de plus de 150 000 euros. L’impact de cette réforme sera donc limité.

 

Quid de l’ISF ?

L’ISF sera également touché. Contrairement à François Fillon qui souhaitait le supprimer entièrement, l’ex-ministre de l’économie et de la finance planche plutôt pour une modification de ce totem de la fiscalité française. Il souhaite le remplacer par un impôt sur la fortune immobilière (IFI) identique, à une exception majeur, les actifs mobiliers ne seraient plus pris en compte « afin d’inciter les assujettis à l’ISF d’investir dans l’économie réelle plutôt que l’immobilier » explique Éric Delannoy. Un manque à gagner de 2 milliards d’euros, qui inquiète Philippe Crevel.

 

Augmenter le pouvoir d’achat des classes moyennes

C’est l’une des mesures phares du programme d’Emmanuel Macron, la suppression de la taxe d’habitation pour tous les ménages ayant un revenu inférieur à 5000 euros. . « Une « très bonne mesure » pour Fabrice Abraham, directeur du réseau immobilier Guy Hoquet. Elle répond à une demande de « 80 % des locataires qui souhaitent que l’on allège leur fiscalité selon un sondage Harris Interactive ».

Surtout, le candidat à la présidence de la république veut permettre aux Français de  « vivre de leur travail ». Pour y arriver, le finaliste à l’élection présidentielle française propose de baisser les cotisations salariales sur la maladie et le chômage, de 3,15 points. Dans le même temps, il veut augmenter la CSG de 1,7 point. Ce dernier prélèvement, contrairement aux cotisations, touche tous les types de revenus excepté les prestations sociales. "Emmanuel Macron demande aux seniors de faire un effort !" reconnait l'économiste, directeur du programme du candidat centriste, Jean Pisani-Ferry, même si les 40% les plus pauvres ne subiront pas cette hausse de la CSG.

Marcher, ça coute combien ?

Des doutes subsistent tout de même sur la capacité d’Emmanuel Macron à financer son projet. Selon ses estimations, comme Marine Le Pen, il devra dépenser un peu plus de 11 milliards d’euros pour assurer la pérennité de son projet fiscal en faveur des ménages. Pour financer ces allègements, le candidat à prévu « un plan de 75 milliards d’économies ». Un total qui sera compliqué à atteindre regrette Xavier Timbeau pour qui le cadrage budgétaire du leader d’En marche « est mal documenté et reste flou ».

Bastien Gauriau

28 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • paulin17
    27 avril09:26

    pas du tout eliman la flat tax c ce que prend l'etat, la csg n'est jamais incluse...

    Signaler un abus

  • elaliman
    26 avril13:43

    Non paulin, la flat taxe de 30% cvg comprise. Par contre quid de ceux qui gagnent pas beaucoup ? On a l'option de declarer a l'impôt progressif ou c 30% des le 1er euro ?

    Signaler un abus

  • yleon
    26 avril13:41

    EM ou MLP bonnet blanc ou blanc bonnet dans un cas on augmente des taxes pour les classes moyennes et dans l'autre on sort de l'Europe et retour au Franc ce qui provoquera une dévaluation de 10 ou 12% et une augmentation drastique des produits importés comme le pétrole ou autre. Le seul levier qui reste c'est les législatives.

    Signaler un abus

  • M1945416
    26 avril11:51

    peut importe qui sera président, depuis l'Europe, notre président est une marionnette qui doit obéir à l'EU , sinon il y a de sacré sanction financière … seule différence MLP aura une porte de sortie

    Signaler un abus

  • M7403983
    26 avril11:19

    Une mauvaise nouvelle assurément. Taxe de 30% sur les intérêts de placement. + 1,7 point de CSG, et non réduction de la taxe d'habitation pour 20% de français, qui vont continuer à payer , toujours payer et encore payer.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.