Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Marine Le Pen : l'impact de son programme fiscal sur votre argent

Boursorama25/04/2017 à 16:35

Hausse du pouvoir d'achats, baisse des impôts : beaucoup de Français devrait trouver leur compte dans les mesures fiscales de la candidate du FN. Reste à les financer... (crédit : CC-Blandine Le Cain)

Le programme fiscal de la candidate du Front National ne fait pas dans la demi-mesure. A commencer par le pouvoir d’achat. Un peu passée au second plan dans la campagne présidentielle, cette thématique est plusieurs fois abordée dans les 144 engagements présidentiels de Marine Le Pen.

L’amélioration du niveau de vie des Français passe notamment par une prime de pouvoir d’achat (PPA) destinée au revenus inférieurs à 1.500 euros par mois. Marine Le Pen veut également baisser immédiatement de 5% les tarifs réglementés du gaz et de l’électricité.

Ce n’est pas tout, elle rehausse certains minimas sociaux comme le minimum vieillesse ou l’allocation adulte handicapé. Dans le même temps, il n’y a ni augmentation de la TVA (hypothèse retenue par François Fillon), ni hausse de la CSG (contre +1,7 point chez Emmanuel Macron) annoncée.

Moins d’impôt sur le revenu

Le gros morceau de son programme fiscal se situe côté impôt sur le revenu avec une baisse annoncée de 10% sur les trois premières tranches de 14, 30 et 41%. Elle explique que les recettes de cet impôt ont explosé sur les dernières années et que, selon ses termes, ce «matraquage fiscal» pèse surtout sur les classes moyennes.

Selon plusieurs simulations effectuées par la fintech Grisbee grâce à son outil, le défiscalisator, les économies sont assez nettes, une veuve retraitée pouvant ainsi voir son impôt sur le revenu diminuer de près de 30%, d’autant qu’elle regagnerait la demi-part fiscale perdue sous Sarkozy.

Car le programme Le Pen c’est aussi ça, il annule certains coups de rabot des gouvernements précédents. Mesure phare de l’ère Sarkozy, la défiscalisation des heures supplémentaires revient au goût du jour. La candidate FN reparle aussi de défiscaliser la majoration de pension pour les parents de famille nombreuses et de faire remonter progressivement le plafond du quotient familial, diminué sous François Hollande.

Assurance vie : abrogation de la loi Sapin 2

Les autres domaines de sa réforme sont plus sages. Pas touche par exemple à l’ISF : un allègement ne serait guère bien vu par l’électorat populaire du FN. Marine Le Pen préfère parler des vertus de cet impôt décrit comme le seul progressif avec celui sur le revenu et qui, par le biais des exonérations, permet en plus de financer les PME.

Pas de modification sur l’ISF ni sur les droits de succession mais un assouplissement concernant les donations. Chaque parent pourra transmettre sans taxation 100.000 euros à chaque enfant tous les cinq ans au lieu de quinze ans actuellement. Elle augmente aussi le plafond des donations sans taxation des grands-parents aux petits-enfants de 31.865 à 50.000 euros, également tous les cinq ans.

Sur l’assurance vie, Marine Le Pen dit non à la «flat tax» proposée par Emmanuel Macron, elle ne touche pas au taux actuel de 23% de taxation sur l’assurance vie mais elle veut abroger la directive européenne sur l’Union bancaire et la disposition de la loi Sapin II qui avaient tant fait grincer des dents les épargnants alors que ces dispositions prévoient la ponction ou le gel des contrats d’assurance vie en cas de menace de crise bancaire

Sur les plus-values immobilières, c’est le statu quo mais la candidate du Front National s’engage à faire baisser les droits de mutation de 10%. Elle diminue la taxe d’habitation pour les ménages les plus modestes et gèle son augmentation.

Sur les actions, rien ne devrait changer, ni sur le dividende, ni sur les plus-values. La candidate FN explique toutefois que la taxation mériterait une simplification, notamment concernant le calcul des prélèvements sociaux. Ces derniers pourraient être exonérés en cas de détention très longue de titres, plus de dix ans par exemple...

Et la facture ?

Seul problème de ce programme mais de taille : la facture rien que sur la baisse d’impôts et tous ses à-côtés est de 11 milliards d’euros. La défiscalisation des heures supplémentaires ressortirait à plus de 4 milliards d’euros.

La prime de pouvoir d’achat pourrait tourner à plus de 15 milliards d’euros. Et c’est sans compter le projet de ramener l’âge de la retraite à 60 ans pour 40 années de cotisation. Sur le front des recettes, le programme est là plus flou, beaucoup plus flou…

Laurent Grassin (redaction@boursorama.fr)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.