Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des représentants associatifs appellent à l'ouverture du RSA aux moins de 25 ans
Boursorama avec Newsgene11/05/2020 à 10:44

Des représentants associatifs appellent à l'ouverture du RSA aux moins de 25 ans

Des représentants d'associations estiment dans une tribune publiée dans « Le JDD » que les mesures exceptionnelles annoncées par Edouard Philippe pour les jeunes face à la crise du coronavirus laissent de côté les plus précaires d'entre eux. Les signataires appellent ainsi à ouvrir l'accès aux RSA aux moins de 25 ans « pour ne pas sacrifier une génération ».

Des représentants associatifs plaident pour l'ouverture du RSA aux jeunes dès 18 ans. Dans une tribune publiée dans Le Journal du Dimanche, ils affirment que certains d'entre eux « ne disposent d'aucune bouée de sauvetage quand l'économie se grippe ». Les mesures exceptionnelles annoncées par le Premier ministre Edouard Philippe pour 800 000 jeunes, étudiants ou précaires « laissent sur le bord de la route toute une partie de la jeunesse la plus touchée par la pauvreté : les jeunes à la rue, ceux résidant dans des squats ou hébergés chez des tiers, dans un centre d'hébergement d'urgence, à l'hôtel ou encore dans des familles aux revenus modestes », écrivent les signataires

Parmi eux figurent Véronique Fayet (Secours catholique), Florent Gueguen (Fédération des acteurs de la solidarité), Claire Hédon (ATD Quart Monde) ainsi que deux députés LREM Fiona Lazaar (Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté) et Aurélien Taché (Conseil national de l'habitat).

« Un jeune sur cinq vit en dessous du seuil de pauvreté »

Selon eux, avant la crise, ces jeunes « enchaînaient des petits boulots, des missions d'intérim. D'autres percevaient de menus revenus à travers les plateformes numériques. Les plus précaires dépendaient de la mendicité ou de l'économie de la débrouille, qui est aujourd'hui à l'arrêt ». Et avant 25 ans aujourd'hui, ils ne sont pas éligibles aux aides sociales. « Ce scandale n'a rien de conjoncturel : aujourd'hui, en France, un jeune sur cinq vit en dessous du seuil de pauvreté », insistent les signataires. Ces derniers estiment que « la récession qui se profile va affecter directement et durablement les jeunes » alors qu'entre 2008 et 2010, « le nombre de jeunes recherchant un emploi avait connu une hausse de 72% ».

« Pour ne pas sacrifier une génération, le plan de relance du gouvernement devra ouvrir dès 18 ans l'accès au RSA, poursuivent les représentants associatifs. Il devra aussi développer un véritable service public de l'insertion des jeunes, incluant une obligation pour les pouvoirs publics de garantir leur parcours de formation et d'insertion sociale et professionnelle. »

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M5441845
    11 mai14:33

    Pendant ce temps on nous explique qu'il faut faciliter l'entrée des étrangers pour travailler dans l'agriculture parce qu'on manque de bras...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer