Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Berlin craint la «folie immobilière» avec des prix trois fois plus bas qu'à Paris

Le Figaro01/02/2016 à 18:04

Forte hausse des loyers, explosion des prix de vente... la capitale allemande s’alarme déjà d’une possible bulle immobilière. Et pourtant ses prix feraient rêver n’importe quel Parisien.

La folie immobilière semble gagner l’Allemagne. C’est du moins ce que dénoncent bon nombre de spécialistes, notamment dans la capitale, Berlin. Dans un article paru sur le site du quotidien Die Welt, des experts estiment que la situation devient si préoccupante que pour loger la population à des prix acceptables, il faudra augmenter la densité de la ville et y construire plus de tours.

Il est vrai que malgré le mécanisme d’encadrement des loyers (Mietpreisbremse), les hausses dans les quartiers les plus recherchés ont atteints 5 à 7%. C’est le cas dans le centre (Mitte) ou dans le quartier bobo de Kreuzberg ou celui plus bourgeois de Schöneberg. Et pour les prix d’achat, c’est une véritable envolée selon une étude CBRE qui enregistre des bonds supérieurs à 10% dans de nombreux quartiers et culminant même à 16,3%.

Pourtant, lorsque l’on compare les valeurs absolues, on est loin des tarifs de grandes capitales européennes: à des années-lumières de Londres et à une distance respectable de Paris. Ainsi, les loyers s’affichent au tarif moyen (hors charges) de 6 euros par mètres carré avec un sommet à 16 euros pour le quartier le plus central. Pour rappel, les valeurs proposées à Paris pour l’encadrement des loyers dépassent couramment les 30 euros.

3000 euros le mètre carré

Quant au prix moyen d’achat, Die Welt s’inquiète de le voir arriver à 3000 euros le mètre carré, poussé «par les investisseurs privés et professionnels venant de partout pour investir dans une ville en plein boom». Là encore, on se trouve quasiment au tiers de ce que connaît la capitale française (8020 euros/m², prix prévu par les notaires pour mars 2016). Une situation qui commence malgré tout à inquiéter les professionnels, soulignant qu’il va falloir construire beaucoup plus que par le passé, un refrain bien connu en France.

Ainsi, le quotidien pointe qu’entre 2011 et 2014 la population de la capitale allemande a augmenté de 84.600 foyers alors que seuls 25.300 logements supplémentaires ont été achevés. Un constat qui pousse les spécialistes à envisager diverses pistes: reconvertir des surfaces industrielles et commerciales en logement, augmenter la pression fiscale sur les propriétaires fonciers pour les obliger à construire et même à réclamer un plan de construction de tours de logements à bon marché.

En attendant que la construction reparte, Die Welt estime que plusieurs indicateurs sont passés au rouge. La rotation des locataires est devenue très limitée car ils craignent une hausse massive des loyers à la relocation et la spéculation foncière semble s’être installée. Et déjà certains pointent le risque d’une bille immobilière, estimant que cette frénésie d’achat à la hausse ne pourra durer éternellement même si l’offre est limitée et qu’il continue à se construire trop peu de logements.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.