Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Assurance-vie : la collecte nette a progressé de 8,8 mds depuis le début de l'année

Boursorama28/05/2015 à 15:24

L'assurance-vie semble être plus que jamais le placement préféré des Français.

Au cours du mois d’avril, la collecte nette des contrats d’assurance-vie s’est établie à 2,3 milliards d’euros. Il s’agit du seizième mois consécutif de collecte positive pour l’assurance-vie. Depuis le début de l’année, la collecte a progressé de 8,8 milliards.

Avec 8,8 milliards de collecte nette en seulement quatre mois, l’assurance-vie démarre mieux l’année 2015 que l’année 2014 : sur la même période, les contrats d’assurance-vie avaient récolté 7,8 milliards d’euros l’an dernier, soit 1 milliard de moins qu’en 2015.

Sur l’ensemble de l’année 2014, la collecte nette sur les contrats d’assurance-vie avait atteint 21 milliards d’euros, un chiffre qui pourrait être dépassé cette année si la collecte se poursuit au rythme actuel.

L’attrait sur l’assurance-vie n’est pas vraiment une surprise. Comme le rappellent nos confrères des Echos : « l’assurance-vie bénéficie de la faiblesse de rémunération des autres produits financiers, dont le produit phare, le Livret A, affiche un taux de 1% ».

Fonds en euro moins rémunérateurs

Malgré cet attrait vis-à-vis des contrats d’assurance-vie, l’investissement dans les « fonds en euros » devrait néanmoins continuer à être moins rémunérateur cette année que lors des années précédentes.

Le rendement des fonds en euros est en effet pénalisé par la baisse des taux obligataires, alors que l’argent placé sur ces contrats est généralement investi sur de l’obligataire considéré comme très peu risqué.

Pour rappel, la rémunération des fonds en euros  a atteint en moyenne 2,5% brut l’année dernière. Si le chiffre est faible, il reste plus élevé que celui des obligations souveraines françaises à 10 ans. La raison est simple : les gérants d’assurances-vie conservent toujours d’anciennes obligations aux taux relativement élevés. Cependant, au fur et à mesure que ces obligations arrivent à échéance, les gestionnaires rachètent de nouvelles obligations qui, actuellement, rapportent très peu.

Quant au récent rebond des taux en Europe, celui-ci reste très relatif et pourrait ne pas durer (lire l'article : « Le crash obligataire est-il terminé ? »).

Réorienter les clients vers les unités de compte

C’est pour cette raison que « les assureurs orientent de plus en plus les épargnants vers les unités de compte », affirment Les Echos.

Pour rappel, on appelle « unités de compte » les produits gérés par des sociétés de gestion, pouvant être souscrits dans le cadre de contrats d’assurances-vie. Ces produits présentent différents profils de risques avec une part plus ou moins importante allouée aux variations des actions.

« Entre début janvier et fin avril, les versements sur les supports en UC [unités de compte] ont augmenté de 46% par rapport à la même période de 2014, pour représenter 21% de la collecte », expliquaient Les Echos.

Toute la difficulté de cette réallocation vers des fonds aux performances variables est la bonne prise en compte, par les épargnants, des risques associés. Si les performances des marchés d’actions ont pu être bonnes ces derniers mois grâce à la confiance des investisseurs dans le plan de relance de la BCE, les performances futures « post-quantitative easing » (après la mi-2016) restent très incertaines et beaucoup d’investisseurs n’ont pas forcément ce risque à l’esprit.

X. Bargue

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.