Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La page du site d'Interpol consacrée à Bashir Al Shrkawi, alias Bachir Saleh, le 29 avril 2012

AFP Video30/04/2012 à 21:46

Nicolas Sarkozy a annoncé lundi une plainte contre Mediapart pour la publication d'une note qu'il a qualifiée de "faux" sur un supposé financement libyen de sa campagne de 2007, son adversaire PS François Hollande s'en remettant à la justice pour dénouer cette affaire.Ce dossier complexe, relancé à une semaine du second tour de l'élection présidentielle, se double d'un débat sur la situation de Bachir Saleh, ex-directeur de cabinet de Mouammar Kadhafi, destinataire, selon Mediapart, du document incriminé. Ce dernier, recherché par Tripoli via Interpol et qui selon l'un de ses avocats se trouve en France, a démenti dimanche avoir reçu cette note.Lundi, François Fillon a assuré qu'il n'y avait "aucune trace d'un mandat international" contre cet ex-dignitaire libyen visé par "une notice rouge" d'Interpol pour fraude.C'est cependant sous un autre nom, Bashir Al-Shrkawi, qu'il apparaît sur la notice rouge consultable sur internet, photos à l'appui, authentifiées par l'AFP à Tripoli comme étant celles de Bachir Saleh. L'un de ses avocats, Me Marcel Ceccaldi, a confirmé qu'il s'agissait du même homme.Les notices rouges sont un moyen par lequel Interpol informe ses pays membres d'une demande d'arrestation et d'extradition, chaque Etat étant libre d'interpeller ou non la personne recherchée.M. Fillon a également affirmé que l'ex-dignitaire libyen avait un "passeport diplomatique du Niger" et était à ce titre "protégé par l'immunité diplomatique". Le ministère nigérien des Affaires étrangères a ensuite précisé à l'AFP que Bachir Saleh n'a plus ce passeport, ayant décidé lui-même de le restituer.Sollicité sur le statut de M. Salah, le ministère de l'Intérieur n'avait pas répondu en fin de journée.La note controversée, publiée samedi par le site dirigé par Edwy Plenel est présentée comme signée par Moussa Koussa, ex-chef des services de renseignements extérieurs libyens vivant en exil à Doha, qui l'a qualifiée dimanche de "faux".- "50 millions d'euros" -Selon ce document, le régime Kadhafi aurait accepté en 2006 de financer pour "50 millions d'euros" la campagne de Sarkozy.En mars 2011, le fils de Mouammar Kadhafi, Saïf al Islam, avait affirmé à Euronews que la Libye avait financé la campagne de M. Sarkozy en 2007."Nous déposerons plainte contre Mediapart", a déclaré Nicolas Sarkozy sur France 2. "Ce document est un faux grossier" et la plainte sera déposée "avant la fin" de la campagne, qui s'achève vendredi à minuit.Mediapart "attend avec sérénité un éventuel procès", a répliqué son directeur Edwy Plenel, pour qui "il ne suffit pas de contester l'authenticité du document révélé pour mettre fin aux suspicions".Le président-candidat a ajouté avoir "honte pour l'AFP d'avoir fait une alerte sur un document faux" et plus généralement pour tous ceux qui ont utilisé ce document."L'AFP a traité cette affaire avec la rigueur qui caractérise notre démarche d'agenciers, nous en tenant aux faits et recueillant le plus grand nombre possible d'informations et commentaires pour mettre en perspective la publication de cette note", a répondu le PDG de l'AFP, Emmanuel Hoog, dans un courrier à M. Sarkozy.Interrogé sur cette affaire, M. Hollande a estimé que "c'est à la justice d'être saisie"."Si c'est un faux, eh bien le site sera condamné, si ce n'était pas un faux, à ce moment-là il y aurait des explications à fournir", a dit le candidat PS à l'Elysée. Plus incisive, Ségolène Royal, qui affronta M. Sarkozy il y a cinq ans, veut savoir "si l'élection de 2007 s'est déroulée dans des conditions légales" ou si "pendant cinq ans, Nicolas Sarkozy a exercé son mandat de façon illégitime".L'hebdomadaire les Inrockuptibles, disant s'appuyer sur des "documents confidentiels", a par ailleurs affirmé qu'en 2007, Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi ont conclu un arrangement "secret", le dirigeant libyen libérant des infirmières bulgares en échange d'un accord sur le nucléaire avec Paris. Claude Guéant, alors secrétaire général de l'Elysée, avait à l'époque réfuté toute "contrepartie".


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.