Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Retraites : 92% des Français se déclarent "inquiets", 63% souhaitent une fusion Agirc-Arrco

Boursorama22/06/2015 à 18:12

Une large majorité de l'opinion s'affiche pessimiste sur l'avenir des retraites.

Lundi 22 juin, les syndicats et le patronat se sont réunis pour discuter d’un accord au sujet des régimes de retraite complémentaire (Agirc-Arrco). À cette occasion, l’institut OpinionWay publiait les résultats d’un sondage sur la perception qu’ont les Français des régimes de retraites.

On savait que le système français des retraites suivait une mauvaise trajectoire. Non seulement le dernier baromètre EcoScope d’OpinionWay pour Axys Consultants, Le Figaro et BFM Business confirme que les Français sont conscients de ce problème, mais il souligne au passage qu’aucune véritable solution ne semble pour l’instant envisagée.

Inquiétude sur la trajectoire du système de retraites, mais refus du recul de l’âge de départ

OpinionWay explique ainsi d’après les résultats de son dernier sondage : « les Français se montrent aujourd’hui très pessimistes face à l’évolution du système de retraite. 92% d’entre eux se déclarent inquiets [ou] très inquiets à ce sujet, preuve qu’il s’agit là d’un sujet épidermique, suscitant de vives réactions. Les personnes les plus inquiètes se retrouvent naturellement au sein des catégories d’âge qui voient la retraite approcher, mais également chez les plus jeunes qui s’interrogent sur le système qui sera en place dans cet horizon lointain où ils seront confrontés à la retraite ».

OpinionWay poursuit : « interrogés sur les actions à mettre en œuvre pour contribuer au rétablissement d’un équilibre dans le système des retraites, les interviewés se montrent affirmatifs sur un point : ils ne souhaitent pas voir l’âge de départ en retraite reculé au-delà de 62 ans. 67% se disent opposés à cette mesure et particulièrement les femmes (70%), les personnes âgées de 25 à 34 ans (81%) et les catégories populaires (ouvriers et employés, 82%). Cette question est marquée par un fort clivage politique, les personnes ayant une sensibilité à gauche (PS - Parti de gauche - Europe Ecologie) étant largement plus nombreuses que les personnes ayant une sensibilité à droite (UDI – Républicains) à considérer que le recul de l’âge légal de départ n’est pas une option (75% contre 40%). »

Un majorité de l’opinion s’affiche favorable à une fusion Agirc-Arrco

Du côté des complémentaires, faut-il fusionner l’Agirc et l’Arrco, qui sont respectivement les caisses de retraites complémentaires des cadres et des salariés ? Cette question était au cœur des discussions de ce lundi entre syndicats et patronat. Pour rappel, l’Agirc et l’Arrco sont en déficit chronique depuis plusieurs années, au point qu’il est régulièrement répété que les caisses de l’Agirc pourraient être vides dès 2018. L’Arrco dispose quant à elle de réserves encore suffisamment conséquentes pour faire face à la situation jusque dans les années 2020. Pour reculer l’assèchement des caisses de l’Agirc, l’un des plans envisagés est donc de fusionner ses caisses avec celles de l’Arrco.

On sait que cette solution ne serait qu’une manière de cacher la poussière sous le tapis, car à long terme, le problème ne sera pas réglé. On sait également que les syndicats ne veulent pas de cette solution. Pourtant, une nette majorité de Français (63%) s’y montre favorable d’après le sondage d’Opinion Way.

Les autres pistes de réformes envisagées ne séduisent en revanche pas l’opinion publique. Par exemple, l’idée d’augmenter les cotisations de retraite complémentaire ne séduit que 44% des Français. Quant à l’idée de baisser le niveau des pensions de retraite complémentaire, les sondés se sont que 14% à s’y montrer favorables.

Retraites du public : le souhait d’une harmonisation avec le privé

D’autres sujets ont également été abordés par l’institut de sondage. Parmi eux : le sujet des retraites de la fonction publique.

OpinionWay résume : « les Français se déclarent favorables à une réforme des modalités de départ en retraite concernant les travailleurs du secteur public (80%), et notamment pour un nivellement des régimes spéciaux permettant d’anticiper le départ avant l’âge légal (50%). 47% des personnes interrogées estiment aussi que les fonctionnaires et les personnes dépendants de régimes spéciaux devraient s’aligner sur le secteur privé concernant le calcul de l’indemnité de leur pension retraite (c’est-à-dire retenir les 25 meilleures années comme période de référence) ».

Sur le même sujet, « près d’un tiers (32%) [de l’opinion] considère qu’il est nécessaire d’augmenter le taux de cotisation des fonctionnaires. De manière générale, les Français se prononcent de manière massive pour une uniformisation des régimes de retraite entre public et privé, et seuls 19% se prononcent contre une réforme. Ces opposants représentent 34% parmi les salariés du secteur public. »

OpinionWay a également sondé son échantillon sur l’instauration d’une part de capitalisation parallèle au système de retraites par répartition. La question divise fortement les personnes interrogées : 46% de l’opinion s’y montre favorable, alors que 52% s’y oppose (2% ne se prononce pas). Encore une fois, un très fort clivage s’observe entre les sondés proches du PS (seulement 37% favorables) et les sondés proches des « Républicains » (ex-UMP), qui y sont favorables à 68%.

X. Bargue

Cette étude quantitative d’OpinionWay a été réalisée auprès d’un échantillon de 1005 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus L’échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence. L’échantillon a été interrogé en ligne sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview) les 17 et 18 juin 2015.

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.