Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Pour Édouard Philippe, interdire la location de passoires thermiques est une «folie»
information fournie par Le Figaro19/01/2023 à 11:42

(Crédits photo : Wikimedia Commons - Remi Jouan )

(Crédits photo : Wikimedia Commons - Remi Jouan )

L'ancien premier ministre a lancé une discrète punchline sur cette mesure phare de la loi Climat voulue par Emmanuel Macron.

Édouard Philippe se préoccupe de plus en plus de logement s. Il y a trois mois, l'ancien premier ministre avait jugé la politique « inefficace » et « trop chère » dans ce domaine . La nouvelle punchline du maire du Havre, qui est passée plus inaperçue, vise une des mesures-phare de la loi Climat voulue par Emmanuel Macron . Il s'agit de l'interdiction de la location des passoires thermiques qui sont au nombre d'environ 5 millions (uniquement les résidences principales) en France. « Une folie! », enrage Édouard Philippe, dans une interview fleuve au Point .

Pour justifier sa position, le président du groupe Horizons partage l'avis de nombreux professionnels de l' immobilier . Cette mesure va assécher le marché locatif. « Elle a beau être le fruit des meilleures intentions du monde, elle va réduire le nombre de logements mis à la disposition des gens, et en général des plus fragiles. C'est redoutable, ce qui s'annonce », alerte Édouard Philippe. Une sacrée pierre dans le jardin du ministre du Logement qui n'a pas tardé à réagir. « Ce qui est une folie, c'est de laisser les gens vivre dans des passoires thermiques », rétorque Olivier Klein. « Il est évidemment hors de question de mettre qui que ce soit à la rue », poursuit l'ancien maire de Clichy-sous-Bois qui martèle que seuls les nouveaux baux ou les renouvellements de contrats de location sont concernés par l'interdiction de location. « Personne n'est fou! » au gouvernement, tacle le ministre du Logement.

17% des résidences principales dans le viseur

Certes, mais la question du relogement des locataires peut se poser. La preuve: contacté par Le Figaro , Olivier Klein a reconnu qu'elle n'était pas tranchée. De quoi préoccuper les propriétaires. « Le changement de fenêtres et de chauffage voire l'isolation par l'intérieur suffisent pour sortir du statut de passoire thermique, ce qui ne nécessite pas que le locataire soit relogé », assure le ministre. À voir, dans les faits, si ces travaux sont réellement efficaces. Pour l'heure, seuls les logements qui consomment plus de 450 kWh/m²/an (classés G+ sur le diagnostic de performance énergétique), sont interdits de location pour l'instant. Ce qui ne représente que 4% des 5 millions de passoires thermiques (140.000 logements privés et 51.000 logements sociaux). Mais l'interdiction de location va progressivement monter en puissance. D'ici 6 ans, 17% des résidences principales seront retirées du marché si elles n'ont pas été rénovées.

0 commentaire

Signaler le commentaire

Fermer