1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Perquisition fiscale : le fraudeur présumé n'est pas obligé de répondre aux questions des agents
Boursorama avec Newsgene03/12/2019 à 10:46

Perquisition fiscale : le fraudeur présumé n'est pas obligé de répondre aux questions des agents

Le dirigeant d'une entreprise ayant fait l'objet d'une perquisition fiscale à son domicile a obtenu l'annulation des réponses fournies par son épouse aux contrôleurs. Cette dernière avait été interrogée sans y avoir préalablement consenti, ont estimé les juges.

Pour être questionné lors d'une perquisition fiscale ou « visite domiciliaire », il faut préalablement l'avoir accepté. La loi, rappelle la Cour de cassation*, ne permet pas aux agents des impôts de poser des questions sans avoir recueilli le consentement de la personne à laquelle ils s'adressent.

Pour prouver une fraude à un impôt direct ou à la TVA

La perquisition fiscale, souvent appelée « visite domiciliaire », est destinée à rechercher les preuves d'une fraude supposée à un impôt direct ou à la TVA. Elle peut avoir lieu dans les locaux d'une entreprise comme dans des locaux privés, mais aussi au domicile même du contribuable.

Elle est autorisée par un magistrat mais la Cour de cassation a admis en juin 2015 que son rôle soit purement formel et que ce soit en réalité l'administration qui décide de mener une telle opération.

Les réponses de l'épouse jugées irrecevables

En l'espèce, le fisc soupçonnait une entreprise de commerce en gros de frauder sur son bénéfice et sur la taxe sur le chiffre d'affaires. Ses agents s'étant présentés au domicile du dirigeant pour perquisitionner, l'épouse avait été interrogée sur l'origine d'une somme en espèces découverte dans un tiroir. Sa réponse figurait dans le procès-verbal dressé à la fin de l'opération.

Contrairement à ce que soutenait le contribuable, ce procès-verbal n'est pas nul, a jugé la Cour, mais son épouse ayant été interrogée sans y avoir préalablement consenti, les renseignements recueillis auprès d'elle sont nuls et ne peuvent pas être utilisés, ont conclu les juges.

*Cass. Com, 20.11.2019, D 18-16.336

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • dupon666
    08 décembre09:35

    la plupart des gens croient savoir mais ne font en realité que repeter ce qu'on leur a dit

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer