Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pas de hausse d'impôt en 2015 : cafouillage et imprécisions au gouvernement

Le Figaro13/11/2014 à 19:11

VIDÉOS - Le secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert, affirme que la fin de la hausse d'impôts, promise par le chef de l'État jeudi dernier, «n'est pas gravée dans le marbre». Il a ensuite rectifié ses propos.

Le gouvernement n'en finit plus de se prendre les pieds dans le tapis avec les impôts. Lors de son intervention télévisée jeudi soir, le chef de l'État l'avait juré trois fois: il n'y aura plus de hausse d'impôt supplémentaire d'ici la fin de son mandat. Et pourtant... Une semaine plus tard, ce n'est plus aussi clair. «Ce n'est pas gravé dans le marbre», affirme Christian Eckert, secrétaire d'État chargé du Budget qui avance une éventuelle dégradation du contexte économique international «que nous ne maîtrisons pas». Il a ensuite rectifié ses propos. «L'engagement du président de ne pas décider d'augmentations supplémentaires d'impôts pour qui que ce soit à partir de 2015 (sera) tenu», a-t-il déclaré à l'AFP. Et d'ajouter: «Le taux de prélèvement obligatoire baissera jusqu'en 2017».

Interrogé sur cette sortie médiatique, le porte-parole du gouvernement a tenté de rattraper le coup et de défendre François Hollande qui s'est pourtant voulu moins précis que son secrétaire d'État. «Pour moi, c'est gravé dans le marbre, a répondu Stéphane Le Foll sur i-Télé. Je comprends ce qu'a sous-entendu Christian Eckert. Admettons par exemple que la situation se dégrade. 'Qu'est-ce qui se passe?', 'Comment on agit?' Mais pour moi, la position du président de la République est simple et très claire. Il y a des décisons ont été prises et qui se prennent en ce moment sur la loi de finances rectificative avec des éléments en débat, notamment sur la taxe d'habitation des résidences secondaires et sur la taxe sur le diesel. Tout cela sera calé à la fin de l'année pour l'année prochaine. Mais il n'y aura pas de hausse d'impôt décidée l'année prochaine par le gouvernement sur l'impôt sur le revenu, sur la CSG. Il faut le comprendre comme cela. Il n'y a pas à discuter de ce sujet. La porte (à une hausse des impôts, ndlr) est fermée.». Pourtant, lorsqu'on lui demande si cela vaut quelle que soit la situation économique mondiale, lui aussi sous-entend que "non" si la croissance n'est pas au rendez-vous ou que le contexte se dégrade.

Un nouveau cafouillage gouvernemental à propos d'un dossier sur lequel les Français sont les nerfs à vif, qui «brouille le message», reconnaît Stéphane Le Foll. Et surtout qui intervient moins d'une semaine après qu'Emmanuel Macron, ministre de l'Économie s'est empressé de nuancer les propos de François Hollande, affirmant qu'«il (François Hollande, ndlr) a dit qu'il n'y aurait pas d'impôts votés». Du coup, les déclarations du chef de l'État n'inclut pas les décisions qui seront prises avant le 31 décembre. Or, trois textes - les projets de budget de l'État et de la Sécurité sociale pour 2015 et de budget rectificatif - sont ou seront en discussion d'ici là. «Il y a dans ces textes des impôts nouveaux, des augmentations nouvelles, en même temps que des baisses», a rappelé Emmanuel Macron.

VIDÉO - «On a compris qu'on avait fait une erreur en augmentant les impôts», déclare Laurent Baumel, député PS.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.