Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Non, ça ne coûte pas plus cher de consommer mieux et local !

Le Figaro25/02/2016 à 16:12

SÉRIE 2/5 - Repenser notre façon de consommer en se passant de la grande distribution pourrait être une solution à la crise agricole. Une journaliste de la rédaction du Figaro.fr a relevé le défi des internautes de ne plus se rendre dans les grandes surfaces. Les premières conclusions de l'expérience participative sont sans appel.

En pleine crise du secteur agricole, j'ai décidé de relever un défi lancé par les internautes: celui de ne plus mettre les pieds dans un supermarché pendant un mois. L'expérience gustative et participative vise à privilégier les circuits courts pour soutenir les producteurs. Repenser notre façon de consommer en se passant de la grande distribution pourrait en effet être une solution à la grave crise que traverse le secteur. Mais est-ce réaliste, compliqué, coûteux de bannir les grandes surfaces de notre quotidien?

À en croire certains habitués des circuits courts, rien de plus simple. Sauf que, comme beaucoup de consommateurs français, j'étais accro aux grandes surfaces! Hormis quelques achats sur le marché le dimanche, j'achetais absolument tout au supermarché (je n'en suis pas fière)… et je me faisais livrer (en achetant quelques produits estampillés bio pour me donner bonne conscience). Mais ça, c'était avant. Car après une semaine d'expérience, je ne pourrais plus revenir en arrière.

Oui, c'est possible de vivre hors des sentiers de la grande distribution

Au lancement du défi, nous vous avions sollicités pour récolter vos conseils, bons plans, astuces pour trouver des alternatives aux supermarchés. L'expérience participative a suscité un réel engouement sur Twitter et Facebook, ce qui m'a été d'une grande aide.

Ainsi, grâce à vous, j'ai pu me rendre à un marché des producteurs organisé à Paris. Ensuite, vous nous avez guidés dans une épicerie paysanne à Marseille, une vente directe de fromages en Normandie, et donné bien d'autres conseils que j'ai mis en application.

Vous m'avez par ailleurs mise en garde sur certains achats sur les marchés. À Marseille, au marché des Capucins, la plupart des fruits et légumes venaient de l'étranger, or l'objectif est de soutenir les agriculteurs français. Consommer des produits venant d'autres pays irait donc à l'encontre de la démarche. Grâce à vous, j'ai donc été plus vigilante en choisissant les aliments aussi en fonction de leur provenance.

Par ailleurs, dès la première semaine, j'ai pu trouver un moyen de me procurer des produits détergents et de lessive, hors des supermarchés. Et pour un prix bien moindre: un an de lessive pour 6,50 euros (7 euros sur Internet)… imbattable! (Il suffit de se rendre sur le site de La Licorne, l'une des dernières savonneries artisanales de Marseille pour se procurer des pastilles de lessive puis on confectionne sa lessive soi-même).

Le budget n'est pas plus élevé

En janvier, j'ai dépensé un peu plus de 300 euros dans les grandes surfaces, soit environ 80 euros par semaine.

Durant la première semaine du défi, j'étais à Marseille puis dans la Manche. Au terme de ces sept jours, j'ai dépensé 47,5 euros pour 5 jours à Marseille et 27 euros de produits d'entretien (qui seront valables pour un an) et moins de 10 euros dans la Manche.

Au final, mes dépenses dans les grandes surfaces ou via les circuits courts sont donc très proches.

Mais cela prend plus de temps

Le temps passé dans les petites épiceries paysannes ou sur les marchés est indéniablement plus long qu'une course endiablée derrière un caddie entre les rayons des supermarchés.

Par ailleurs, il faut cuisiner davantage. Sur les marchés ou les épiceries paysannes, on ne trouve pas ou peu de plats préparés, ni sauce toute faite et ni de pizzas industrielles ou de quiche à passer au four ou pâte toute faite.

Il faut en outre se rendre dans plusieurs points de vente pour se procurer tous les produits. La lessive ou les savons ne se trouvent pas sur les marchés ou les épiceries de producteurs. Et là encore, cela demande un peu plus de préparation, pour la lessive par exemple. J'entrerai dans les détails de la lessive la semaine prochaine.

Une richesse humaine

Les producteurs rencontrés sur les marchés sont heureux de parler de leur métier, de dévoiler leurs techniques de production ou leur attachement à leurs bêtes. Ils sont généreux et n'hésitent pas à proposer des dégustations de leurs produits. J'ai pu goûter plusieurs fromages auprès des fromagers, des miels différents auprès des apiculteurs ou encore des huiles d'olive (et le goût est sensiblement différent d'une huile à une autre).

Dans l'épicerie paysanne de Marseille, Les Pissenlits, Delphine nous confie que son magasin est aussi un lieu de rencontre où les clients viennent échanger des recettes ou demander des conseils.

De même, la savonnerie La Licorne nous a fait visiter ses ateliers!

Redécouverte gustatives et nutritionnelles

En plus d'apprendre à prendre son temps pour consommer mieux et local, les avantages nutritionnels et de santé semblent indéniables. Les produits frais sont meilleurs, les fruits ont plus de goût. Comment oser comparer une ratatouille faite maison et un plat préparé aux légumes...

Même les Américains le disent!

Par ailleurs, les produits transformés sont meilleurs. Les fromages achetés directement auprès des producteurs n'ont pas le même goût que ceux aseptisés et sous vide proposés par les grandes surfaces. De même pour les jus de fruits ou les produits laitiers achetés auprès des producteurs ou dans les épicerie paysannes par exemple.

Ainsi, les aliments ont une valeur nutritive plus élevée et le seuil de satiété est atteint plus rapidement. On mange donc moins et mieux. Et je ne suis pas seule à le penser!

L'expérience ne fait que commencer. La semaine prochaine, je vais devoir trouver des aliments pour le chat, une recette de dentifrice… Si vous avez des idées, n'hésitez pas! Vos conseils me sont précieux et m'évitent de tomber dans certains écueils.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.