Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Low cost : les nouveaux secteurs de la consommation concernés

Boursorama avec Pratique.fr29/10/2015 à 09:35

Dans l'alimentaire, le hard discount s'est imposé depuis longtemps. Dans le domaine du transport aérien, cela fait maintenant quelques années que des lignes se proposent de déposer des passagers à des prix cassés. Aujourd'hui, le low cost continue son chemin, et s'attaque à de nouveaux secteurs.

la consommation low cost

Les transports en commun : de la voiture au TGV

Récemment, le domaine des transports en commun s'est distingué.
Les trains ont largement été cités dans les médias, car la SNCF subit une concurrence inédite. Son grand rival, le bus, a vu sa législation être assouplie. Des enseignes se sont très rapidement créées, et proposent de transporter des passagers à des tarifs très attractifs. La firme Eurolines est un exemple.

La SNCF a dû réagir, ses TGV n'étant plus assez compétitifs. Mais son développement est plus lent : en 2010, elle annonçait une ligne low cost reliant Paris à Toulouse. En 2015, deux nouvelles sections doivent être créées, à direction de Nantes et de Strasbourg.

Parallèlement au bus, la voiture prend également les choses en main, en faisant la promotion du covoiturage. Un nom qui s'est amplement répandu est celui de BlaBlaCar. C'est un service de mise en relation : une personne disposant d'un véhicule le met à la disposition d'autres personnes allant au même endroit. En échange, celles-ci acceptent de partager les frais de transport.

La téléphonie : Free en fer de lance

Un autre domaine où le low cost s'est récemment illustré est celui de la téléphonie. Il y a encore quelques années, un abonnement téléphonique coûtait quelques dizaines d'euros. Aujourd'hui, il est possible de trouver des offres à 2 euros par mois.

L'enseigne qui a démocratisé le low cost dans ce secteur est Free, et son président, Xavier Niel. Pour cela, l'entreprise a simplifié son modèle économique. D'un côté, les engagements ne sont plus aussi lourds. En fait, il n'y en a tout simplement plus : la personne a le choix d'acheter un mobile séparément du forfait. Il n'y a plus non plus d'engagement dans la durée.
Et surtout, Free s'est séparé d'une grande partie de son personnel, qui représentait d'importants coûts de fonctionnement. Ainsi, lorsqu'un utilisateur a un problème, il se rend sur Internet, où il est dépanné par… un autre utilisateur, qui a eu le même défaut et y a trouvé une solution.

Quels secteurs dans l'avenir ?

À terme, le low cost pourrait concerner la plupart, voire tous les secteurs de la consommation.
Le secteur par excellence reste celui des transports. Après l'avion, le bus et le train, une généralisation est possible au bateau, par exemple.

Logiquement, le low cost devrait se transmettre dans les secteurs connexes de ceux qu'il occupe actuellement, en particulier pour le tourisme. Le développement de chaînes d'hôtels ou de croisières low cost est à envisager dans les années à venir

Trucs et astuces

Le low cost a ses contreparties. Dans les transports, par exemple, il y a des conditions à lire avec précaution. Pour l'avion, par exemple, vos bagages ne devront pas excéder des dimensions précises. Veillez-y en préparant vos valises.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.