1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Logement: le gouvernement ne changera pas sa politique
Le Figaro25/04/2019 à 16:14

Logement: le gouvernement ne changera pas sa politique (Crédit photo: Muhammad - Pixabay)

Le ministre du Logement réfute l'idée que la baisse des économies accordée au monde HLM n'est pas une inflexion de la politique du gouvernement;

Dans le bras de fer qui l'oppose depuis plusieurs mois avec le monde HLM, le gouvernement a accepté de réduire les économies exigées. Les bailleurs sociaux auraient dû, à partir de 2020, réduire chaque année leurs loyers d'un total de 1,5 milliard d'euros pour compenser une baisse des aides au logement (APL). La note sera réduite à 950 millions d'euros. «Je ne dis pas que c'est la meilleure nouvelle mais 950 millions d'euros, c'est absorbable, estime Valérie Fournier, présidente de la fédération des Entreprises sociales pour l'habitat. Une concession qui semble traduire une inflexion de la politique du gouvernement. «Pas du tout. C'est un accord qui met en avant la politique que porte ce gouvernement», affirme le ministre du Logement à Matignon où venait d'être entériné l'accord entre l'exécutif et le monde HLM, au lendemain de son approbation par les fédérations du secteur.

Julien Denormandie juge le texte «extrêmement important pour la production de logements». Cette signature intervient en effet dans un contexte où le marché de la construction est en chute libre en France depuis plus d'un an. Même constat pour la production de logements sociaux qui a reculé d'environ 15.000 unités entre 2016 et 2018 (de 124.000 à près de 109.000). «On n'est pas toujours d'accord sur tout (avec le monde HLM) mais on a la même volonté de faire progresser le logement social», ajoute Julien Denormandie.

En échange des aménagements accordés au monde HLM, qui va aussi profiter d'un retour partiel à un taux de TVA préférentiel même si les bailleurs voudraient le voir revenir intégralement, le secteur s'engage à construire 110.000 logements sociaux par an, soit environ le niveau d'agréments observé l'an dernier. Cet engagement, qui s'accompagne d'un objectif de 125.000 rénovations, intervient au moment où la construction de logements marque plus largement le pas en France depuis l'an dernier après une période de plein essor, alors que le président Emmanuel Macron avait promis un «choc d'offre».

Parallèlement à l'accord avec le monde HLM, l'exécutif a aussi entériné un plan d'investissement de neuf milliards d'euros par Action Logement, organisme paritaire entre patronat et syndicats, annoncé en début d'année. C'est un «accord tout aussi important», a souligné Julien Denormandie, alors qu'Action Logement va aussi prendre à son compte une large part de la réduction des économies demandées aux bailleurs sociaux.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer