Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les villes à éviter pour bien investir en Pinel

Le Figaro15/09/2016 à 18:05

Le dispositif Pinel, qui permet d’investir dans le neuf en réduisant ses impôts rencontre un vif succès. Mais gare aux mauvaises surprises si l’offre de logement est supérieure à la demande. Une étude identifie 64 villes à risque dont 39 à éviter.

L’investissement locatif a le vent en poupe. Profitant de taux d’emprunt extraordinairement bas, les Français sont de plus en plus nombreux à investir dans la pierre, le plus souvent via le dispositif Pinel. Au printemps, les ventes de logements neufs, réalisés par les investisseurs locatifs ont ainsi bondi de 26,6%. Les avantages fiscaux liés au Pinel sont il est vrai intéressants: l’investisseur peut choisir sa durée d’investissement: 6, 9 ou 12 ans. La réduction d’impôts est alors de 12, 18 ou 21 %.

Mais gare aux mauvaises surprises en investissant dans des villes où la demande de location est faible, voire inexistante et où l’offre de logements est pléthorique. Car si l’offre de logements neufs reste supérieure à la demande dans les zones tendues (zone A et A bis, comportant notamment Paris et des communes avoisinantes, la Côte d’Azur...), il n’en est pas de même dans des villes plus petites ou plus isolées.

«Nous mettons en garde les investisseurs contre la multiplication des agréments préfectoraux qui ont permis notamment à certaines communes classées en zone B2 de bénéficier du dispositif Pinel», prévient Franck Vignaud, responsable du Laboratoire de l’Immobilier. Cet observatoire a passé au crible des différentes communes éligibles au dispositif, afin «d’alerter les investisseurs sur les risques locatifs, que peuvent représenter certaines agglomérations». Son analyse du marché repose sur 5 critères, dont le taux de vacance du parc de la location, le nombre de logements construits et mis en chantier depuis 2010 ou encore le taux de remplissage des résidences.

Les 39 agglomérations «à éviter» et les 25 «à surveiller» dans le cadre du dispositif Pinel

Résultat, le Laboratoire de l’Immobilier a identifié 64 agglomérations (17 en zone B1 et 47 en zone B2) «à risque». 39 d’entre elles sont classées dans la catégorie «à éviter» dans le cadre d’un investissement Pinel, dont Bourg-en-Bresse, Vichy, Troyes, Angoulême, Dinan, Saint-Brieuc, Périgueux, Valence, Béziers, Montbéliard, Chartres, Pau, Vienne, Saint-Étienne, Roanne, Cherbourg-Octeville, Longwy, Cambrai, Douai, Boulogne-sur-Mer, Maubeuge, Chamalières, Mulhouse, Le Mans, Dieppe, Le Havre, Avignon, Fécamp ou encore Sens.

Les autres communes ont été répertoriées dans la catégorie à «surveiller». Parmi elles: Perpignan, Poitiers, Carpentras, Cluses, Colmar, Arras, Sisteron, Gap, Quimper, Alès, Angers, Laval ou encore Metz.

Perte de l’avantage fiscal faute de locataire

Les précédents dispositifs de défiscalisation immobilière, dont le Robien, ont été source de déconvenues financières pour un certain nombre d’investisseurs qui n’ont pas pu louer le logement acheté souvent par téléphone, ce qui est un comble pour de l’immobilier, situé dans des villes où la demande locative, notamment pour des biens excentrés, était quasi-inexistante. Faute de locataires, ils n’ont pas bénéficié de l’avantage fiscal et certains d’entre eux ont eu du mal à rembourser les mensualités du crédit immobilier. Sans oublier qu’ils ont ensuite rencontré des difficultés pour revendre (parfois à perte) l’appartement.

Attention donc à ne pas se laisser aveugler par la carotte fiscale. Avant d’investir, il est indispensable de réaliser une étude du marché (location, prix de l’immobilier), en se rendant sur place. Cela paraît évident, mais par le passé, un certain nombre de personnes ont investi dans des communes qu’elles ne connaissaient. Attention aussi, à ne pas surpayer le bien, ce qui est souvent le cas avec les programmes dédiés à la défiscalisation.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.