Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les salariés français ne travailleront pour eux qu'à partir du 29 juillet

Le Figaro27/07/2015 à 09:29

EXCLUSIF - Mauvaise nouvelle pour le pouvoir d'achat des Français. Ils doivent travailler un jour de plus cette année pour l'État.

Cette année la libération ficale des Français, c'est à dire le jour à partir duquel ils travailleront pour eux et non plus pour financer la puissance publique, interviendra le 29 juillet. C'est un jour plus tard qu'en 2014, selon le rapport de l'Institut économique Molinari, un think-tank libéral franco-belge, avec l'appui du cabinet de conseil EY Belgique, que Le Figaro publie en avant-première. En Europe, seuls les Belges encore plus mal lotis, avec une «libération fiscale» qui intervient le 6 août.

L'indicateur de «libération fiscale» mesure le poids des impôts (impôt sur le revenu, TVA) et des charges sociales (cotisations patronales et salariales, CSG-CRDS) pour les seuls actifs. Un poids qui atteint 57,5 % du salaire dans l'Hexagone (45,1 % dans l'Union européenne).

Si l'on compare les études de l'institut Molinari sur plusieurs années, il en ressort que depuis 2010, les Grecs ont perdu 31 jours de liberté fiscale et les Autrichiens 15 jours. Mais ce sont les Français et les Belges, avec 3 jours de pouvoir d'achat en moins, qui restent les champions européens de la fiscalité. Car, malgré 21 et 13 jours de liberté fiscale en moins, l'Espagne et le Portugal conservent une pression fiscale inférieure à la moyenne de l'UE. À l'inverse, sur la même période, une dizaine de pays (dont l'Allemagne et le Royaume-Uni) ont regagné entre 9 et 15 jours de pouvoir d'achat grâce aux baisses de charges et d'impôts.

Cet acharnement fiscal, qui avait été enclenché dès 2011, mais que François Hollande a fortement développé depuis 2012, ne débouche pas pour autant sur une amélioration des finances publiques. Au contraire, puisque le déficit public français était encore de 4% du PIB en 2014.

Si les ménages français sont lourdement prélevés, c'est à cause des charges sociales. La France est numéro un parmi les États de l'OCDE. Une position liée au poids très élevé des cotisations sur les salaires acquittées par les employeurs. Pendant des années, les différents gouvernements, mais aussi les partenaires sociaux, ont considéré qu'il était indolore d'augmenter les prélèvements pour financer les régimes de retraite, l'assurance-chômage. A l'inverse, le produit de l'impôt sur le revenu (IR) est assez faible puisqu'il ne rapporte que 69 milliards en 2014 et que plus d'un foyer sur deux n'en paye pas. Quant aux recettes de TVA, elles représentent moins de 7% du PIB, et la France se classe au sixième rang des pays européens pour avoir la TVA la plus basse.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.