Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les parties peuvent-elles renoncer à la vente ?

Le Figaro 23/12/2014 à 16:40

Vous pensiez avoir trouvé le bien de vos rêves mais vous n’en êtes plus si sûr ? Pas de panique ! La loi vous autorise, sous certaines conditions, à renoncer à la vente. Parfois même sans pénalité financière. En revanche, si vous ne changez pas d'avis, votre vendeur ne pourra pas vous faire faux bond !

La portée de votre engagement varie en fonction du type d'avant-contrat signé: promesse unilatérale ou compromis de vente (appelé également promesse synallagmatique de vente).

Vous avez signé une promesse unilatérale de vente

Alors le vendeur s'engage à vous réserver le bien au prix fixé pendant une durée déterminée. En contrepartie, vous devez lui verser une "indemnité d'immobilisation" généralement égale à 10% du prix de vente. Pour confirmer votre souhait d'acquérir, vous devez lever l’option consentie en respectant le formalisme prévu dans l'avant-contrat.

Si après avoir levé l’option, vous ne concrétisez pas l'achat parce que l'une des conditions suspensives ne s'est pas réalisée, vous récupérez l'intégralité de l'acompte versé. Si vous ne levez pas l'option (vous renoncez à acheter) pour des raisons de convenances personnelles, l'indemnité d'immobilisation restera acquise au vendeur.

Vous avez signé un compromis de vente

Dans ce cas, le vendeur s'engage à vous vendre le bien et vous, de votre côté, à l'acheter. Le compromis prévoit, généralement, le versement d'un dépôt de garantie égal à 10% du prix de vente. Toutefois, il vous est impossible de renoncer à l'opération, même en laissant cet acompte au vendeur. En effet, si vous refusez d'acheter, le vendeur peut vous poursuivre en justice et vous faire condamner à signer l'acte de vente. Seule la non-réalisation d'une ou plusieurs conditions suspensives prévue(s) au contrat, peut vous permettre de vous désengager.

Le vendeur n'a jamais la possibilité de se dérober

Le vendeur ne peut pas se désengager, et ce, même en restituant l'indemnité d'immobilisation ou le dépôt de garantie. Ainsi, s'il ne se présente pas à la date convenue chez le notaire ou refuse de signer la vente, vous devez lui demander formellement (par lettre recommandée avec accusé de réception, par exemple) de régulariser l'acte dans un délai de 15 jours. A défaut, le notaire dressera un procès-verbal de carence. Dès lors, vous devez, avec l’assistance d’un avocat, saisir le tribunal de grande instance. Vous pouvez ainsi le faire condamner, sous astreinte (par exemple 200 euros par jour de retard), à signer la vente ou alors demander au juge de déclarer la vente réalisée. Dès lors, le jugement remplace la signature. Dans les deux cas, vous pouvez réclamer des dommages et intérêts.

Dans tous les cas, un délai de rétractation de 7 jours

Quel que soit le type d'avant-contrat signé, vous bénéficiez d'un délai légal de rétractation de 7 jours pendant lequel vous pouvez revenir sur votre décision. Vous n'avez pas à vous justifier. Si vous avez versé un acompte sur le prix de vente, vous devez le récupérer intégralement, dans un délai maximal de 21 jours à compter de la date d’envoi de votre lettre de rétractation.

Le point de départ du délai de rétractation court à compter du lendemain de la réception de l'avant-contrat par lettre recommandée avec accusé de réception ou par avis d'huissier ou de sa remise en main propre, contre émargement, par le notaire ou l'agent immobilier.

La non-réalisation des conditions suspensives annule l'avant-contrat

La réalisation définitive de l’acte de vente dépend de la réalisation d'une ou plusieurs conditions suspensives de l'avant-contrat. Il suffit que l'une d'entre elles ne se réalise pas pour que l'avant-contrat soit censé n'avoir jamais été signé.

Une seule condition suspensive est obligatoire: lorsque le financement de l’achat doit se faire par un prêt immobilier à obtenir. Mais on trouve fréquemment les conditions suspensives suivantes:

-obtention d'un état hypothécaire du vendeur

-absence d'exercice du droit de préemption par le locataire ou la commune

-absence de servitudes (alignement, par exemple) restreignant l'usage du bien...

C'est à vous d'apporter la preuve au vendeur de la non-réalisation de la condition suspensive. Par exemple, en lui envoyant, par lettre recommandée avec accusé réception, la notification de refus de prêt de la banque. Demandez en même temps le remboursement de l'acompte sur le prix que vous avez versé. Celui-ci produira intérêt au taux légal majoré de moitié à compter du quinzième jour suivant votre demande de remboursement.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.