Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les insectes dans l'alimentation animale... et humaine !
Boursorama avec Pratique.fr04/03/2021 à 08:30

L'impact de notre alimentation actuelle et la surpopulation à venir nous poussent à réfléchir à une alimentation différente et surprenante au premier abord : les insectes. Qu'en est-il dans les faits et quels sont les projets en cours ?

Les insectes dans l'alimentation animale... et humaine - iStock-DonnaDiavolo

Les insectes dans l'alimentation animale... et humaine - iStock-DonnaDiavolo

Une nourriture moins contraignante

Un élevage facile Faciles à élever quand on sait qu'ils se nourrissent de peu et ne demandent pas de soins particuliers, les insectes ont le vent en poupe. Certaines espèces de mouches se contentent, en effet, de nos ordures ménagères pour survivre. Si on avance que, d'ici 2050, la population devrait atteindre 9 milliards d'individus, on comprend que les terres cultivables et les pâtures ne seront plus suffisantes à assurer notre survie.  Les scientifiques et les agronomes travaillent donc à sélectionner les espèces et à trouver les moyens de les produire en quantité industrielle. Une transformation simple et rapide Après un engraissage facile, les insectes sont traités rapidement. Au bout de 15 jours, ils sont bourrés de protéines et tués par un jet de vapeur brulante. Ensuite, leurs composants sont séparés, asséchés et désinfectés pour être employés dans l'alimentation animale. Ynsect prévoit, d'ailleurs, d'inaugurer d'ici peu, une unité de production où l'on élèvera des larves de scarabées dont on promet une plus grande richesse en protéines.

Une option qui devient de plus en plus concrète

Un intérêt notable sur le marché français A Nesle, en Picardie, l'expérimentation a déjà commencé et on y élève, dans des volières de tulle blanc, des mouches noires : la nouvelle usine d'InnoFeed est sortie de terre en novembre dernier et ne fait que prospérer. Ici, la reproduction est rapide car elles y pondent 20000 œufs par seconde dans une « ferme verticale » de 28 mètres de hauteur. Déjà 7 milliards de larves y vivent. La réalité est là et la France semble en avance. Une autre société, Ynsect, prospère et a déjà récolté 220 millions d'euros auprès de ses investisseurs. Une réponse adéquate à notre démographie grandissante Des recherches récentes avancent que ces petites bêtes à 6 pattes pourraient se révéler utiles pour rendre notre alimentation plus saine et plus durable. Bourrés de protéines, les insectes seraient donc les remplaçants de notre production animale. Outre les protéines, ils sont riches en fer, en vitamines et, cerise sur le gâteau, ils émettent 99% de moins d'émissions de gaz à effet de serre que le bœuf ! Mais, culturellement, est-on prêts, en Europe, à accepter ce genre d'alimentation ? Si cette pratique a cours en Afrique et dans les villages du Laos, elle reste, chez nous, anecdotique. Pour l'instant, nous nous limitons à des poudres protéinées dans l'alimentation des poissons et des crevettes ou à des huiles dans celle des volailles.  Notre consommation est donc indirecte mais bien réelle ! Si l'Autorité européenne de la sécurité des aliments vient d'autoriser l'utilisation de « vers de farine » dans l'alimentation humaine, il faut rester méfiants et attendre, avant validation complète, des études supplémentaires. En effet, qu'en sera-t-il des allergies ?  Ainsi, la maîtrise des risques sanitaires n'est pas garantie et l'entomophagie n'est pas encore d'actualité.

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • jean895
    04 mars09:20

    stupide. mieux vaut être végétariens à l indienne.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer