Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les aides au logement engendreraient une hausse des loyers

Le Figaro18/10/2014 à 14:24

Selon plusieurs études, certains propriétaires tiendraient compte des aides dans leur évaluation du loyer.

L'aide au logement pour les familles modestes et les étudiants perd de sa crédibilité. Dans la mesure où les propriétaires sont conscients de ce coup de pouce, certains d'entre eux n'hésitent pas à réajuster le loyer initial en fonction de la somme potentiellement perçue par leurs locataires. C'est ce qui ressort de trois études effectuées en France. «À chaque fois, c'est environ 100 euros en moyenne qui sont ajoutés par les propriétaires», explique Étienne Wasmer, économiste et professeur à Sciences-Po.

Ainsi, l'utilité de cette aide est largement minimisée. Un phénomène logique selon Étienne Wasmer, qui parle d'un effet économique très classique: «Dans la mesure où l'on donne davantage de moyens aux ménages pour se loger, ils vont naturellement faire en sorte d'optimiser cet avantage en cherchant à avoir des logements plus grands... Mais si dans le même temps, il n'y a pas plus de logements disponibles sur le marché, cela va de facto faire augmenter le prix des loyers».

En France, les étudiants touchent en moyenne 209 euros d'aide au logement par mois. Une somme non négligeable... Dans un reportage diffusé sur France 2, une caméra discrète divulgue une scène significative, où la propriétaire d'un 11m2 mis en location pour 660 euros par mois évoque explicitement les aides pour le logement à son potentiel futur locataire. «Je vous fais un contrat classique où vous avez au moins 200 euros donc ça vous fait 460 euros», déclare-t-elle.

@quentinperinel oui, une résidence étudiante privée : "495€/mois donc 325€/mois (je crois) en comptant les APL"

-- Lexane Sirac (@lexanesirac) 16 Octobre 2014

Une situation qui n'est pas isolée. «C'est la première chose qu'on m'a dite en visitant un studio dans une résidence privée», explique au Figaro Lexane Sirac, étudiante à l'EM Lyon. «Dans la mesure où c'était une résidence uniquement pour les étudiants et que le certificat de scolarité était obligatoire, il allait de soi que nous touchions les aides au logement». Idem pour cet appartement de 39m2 en plein cœur de Paris, situé place de la Sorbonne: 1580 euros, pour ce logement - certes très bien placé - mais dans un état «gênant» selon d'anciens locataires. «Lorsque nous avons signé le bail, le propriétaire n'a pas cherché à nous dissimuler qu'il tenait compte de nos APL dans le calcul du loyer», explique Gilles, jeune actif et locataire dudit appartement.

Du côté du gouvernement, on continue de contester ces rapports. La ministre du logement Sylvia Pinel reste sur cette seule position: le vrai problème, c'est la pénurie de logements.

12 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • virot123
    20 octobre14:23

    c'est évident que les aides favorisent la solvabilité des locataires et font grimper les loyers mais cet article ne tient pas compte de la fiscalité ! pour un loyer le proprio va payer 3 taxes : d'abord l'intégration (partielle) des loyers perçus dans son revenu imposable et payer au taux marginal jusqu’à 45 %, ensuite la csg de 15 %, et l’impôt foncier. en fait le locataire verse sans le savoir autant à l'état qu'au proprio !

    Signaler un abus

  • sidelcr
    20 octobre09:33

    Tout comme les aides à l'isolation , au chauffage ..... les prix "normaux " sont majorés des aides , résultat : les gens renoncent face aux prix .

    Signaler un abus

  • lio3
    19 octobre16:02

    L'Etat devrait construire des immeubles de 30 etages de logement etudiants a chaque porte de Paris chacun associe a des grandes universites Parisiennes au lieu d'engraisser les proprietaires prives... Apres tout il peut les financer a 0 ca cree des emplois et les flux seront quasi guarantis...par la meme occasion on s'assure que les loyers restes contenus a un certain niveau fixe

    Signaler un abus

  • M3968774
    19 octobre13:56

    ms, knbskin, bien sur que l'AV finance le marché, et la preuve, cela fonctionne parfaitement bien :-( ce n'est pas efficace , la preuve en est , il n'y a jamais eu autant de fonds sur les AV, et ca ne marche pas pour autant, l'état d'endette toujours plus pour quel résultat ?,j'en ai comme bcp de personnes, mais retournons aux vrais marchés, qui eux créént de l'emploi et relance l'économie de l'entreprise en direct pas par ds simulacres de subventions, fonctionnement étatique en tout genre....

    Signaler un abus

  • knbskin
    19 octobre11:20

    L'AV en Euros n'est pas "virtuelle" du tout, M3968774, c'est la contrepartie de la dette de l'Etat, qui permet à l'Etat d'emprunter toujours plus, justement ! C'est pour cela qu'il est indispensable d'en sortir, comme des livrets, PEL, etc. ! :D

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.