Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le prix d'un 30m² à Paris représente 15 ans de salaire au SMIC

Boursorama24/06/2015 à 14:55

Dans l'immobilier parisien, le pouvoir d'achat des Français a globalement été divisé par deux en 15 ans.

Dans son édition du mercredi 24 juin, Les Echos publient un dossier sur le thème « Les Français et l’argent ». Le journal a notamment essayé d’estimer combien de temps un Français payé au SMIC doit travailler pour pouvoir s’offrir certains types de biens. Ces résultats sont comparés à ceux de l’an 2000.

Les données sur l’évolution du « pouvoir d’achat », régulièrement publiées par l’Insee ou Eurostat, n’ont pas toujours grand sens à court terme à cause du manque de recul de ces statistiques. Celles-ci agrègent par ailleurs l’ensemble des biens de consommation en un seul « panier de biens », peu significatif à l’échelle personnelle, tant les préférences de consommation peuvent varier d’un individu à l’autre.

C’est pour cette raison que Les Echos ont décidé de comparer l’évolution du pouvoir d’achat en France sur 15 ans (au lieu d’une seule année), et de faire cette analyse pour dix biens différents, représentatifs de leur catégorie.

L’unité de comparaison entre les prix de l’an 2000 et ceux de 2015 est le temps de travail qu’un salarié payé au SMIC doit (ou devait) consacrer pour pouvoir s’acheter chacun des biens étudiés. Le journal part de l’idée que le SMIC horaire de l’an 2000 était de 6,41 euros, contre 9,61 euros en 2015.

Principaux gains de pouvoir d’achat en 15 ans : l’avion et le forfait mobile

Parmi les biens pris en compte par Les Echos, se trouvent notamment un billet d’avion Paris-Barcelone (symbolique du coût d’un départ en vacances), et celui d’un forfait mobile moyen.

Ces deux cas sont les seuls de l’échantillon où les prix ont baissé entre 2000 et 2015 : le prix moyen du billet d’avion mentionné serait ainsi passé de 242 euros à 114 euros, et celui des forfaits mobiles de 29,2 euros à 22 euros en moyenne. En tenant compte, par ailleurs, de la hausse du salaire horaire minimum, un travailleur au SMIC doit désormais travailler pendant 1 jour et 4 heures pour s’acheter ce billet, et 2 heures 17 minutes pour payer son forfait mobile mensuel. En 2000, le prix de ces mêmes biens représentait respectivement 5 jours 2 heures de SMIC horaire, et 6h 7min pour le forfait mobile mensuel. Le gain de pouvoir d’achat est donc très important.

D’autres biens ont vu leur prix augmenter en 15 ans, mais moins rapidement que le SMIC. Tel est le cas d’un ticket de cinéma, d’une « Renault Clio 2 » à 5 ouvrants, d’une baguette de pain ou d’un café. Sur ces biens, un gain de pouvoir d’achat se serait donc vu en 15 ans, malgré les idées reçues à ce sujet. Par exemple, pour s’acheter une Renault Clio, un travailleur au SMIC devait épargner 11,5 mois de revenus en 2000, contre 9,8 mois aujourd’hui. La baguette de pain, malgré son passage de 64 à 86 centimes en moyenne en l’espace de 15 ans, ne représente plus que 5 minutes de travail contre 6 minutes auparavant.

Principales pertes de pouvoir d’achat : cigarettes et immobilier

Après ces bonnes statistiques, viennent celles qui sont moins plaisantes. Autre exemple pris par le journal : le prix d’une entrecôte de bœuf (symbolique du prix d’un repas au restaurant) a augmenté légèrement plus rapidement que le SMIC, de même pour le pass’ Navigo (symbolique du coût des transports), qui coûtait 43,45 euros en 2000 pour deux zones, contre 70 euros de nos jours.

Un écart encore plus significatif concerne le prix des cigarettes. Ainsi, le « paquet de Marlboro », qui coûtait 3,20 euros en 2000, coûte désormais 7 euros : là où ce prix représentait 30 minutes de travail au SMIC en 2000, il en représente désormais 44 de nos jours.

Et surtout, bien au-delà de ces biens de consommation quotidienne, les prix de l’immobilier ont sans surprise augmenté beaucoup plus vite que les salaires au cours des quinze dernières années, notamment dans les grandes villes. À titre d’exemple, Les Echos prennent le cas d’un studio de 30m² situé à Paris. Faisant l’hypothèse d’un prix du mètre carré à 8700€, le journal estime le prix d’un tel bien autour de 261.000 euros. En 2000, le même studio aurait coûté environ 86.500 euros. La perte de pouvoir d’achat est ici très forte : là où ce bien représentait l’équivalent de 7 ans et 6 mois de travail au SMIC, il représente désormais 15 ans de travail dans les mêmes conditions.

Et encore, cela ne signifie pas qu’un travailleur au SMIC pourra s’acheter un tel appartement au bout de 15 ans : le chiffre serait en effet valable uniquement si la personne en question ne réalisait aucune autre dépense pendant ces 15 années, ce qui est évidemment purement théorique.

En somme, ces chiffres illustrent globalement l’idée qu’en 15 ans, le coût de la vie quotidienne a plutôt baissé pour les Français, malgré certaines exceptions, mais que ces économies sont largement annulées par la hausse des coûts de logement. D’où le sentiment souvent observé que le niveau de vie n’évoluerait plus en France depuis plusieurs années.

X. Bargue

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.