Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

"Le patrimoine français est plébiscité par les investisseurs étrangers" (Degroof Petercam)

Boursorama 10/12/2015 à 16:10

L'attrait des investisseurs étrangers pour le patrimoine français est clairement lié à des questions fiscales, explique Cyril Kammoun (Degroof Petercam).

Dernièrement, les acquisitions d’entreprises françaises par des groupes ou fonds étrangers se sont multipliées. La France regorge de marques et de savoir-faire très appréciés, mais l’argent pour les valoriser ne se trouve plus en France, explique Cyril Kammoun, CEO de Degroof Petercam Finance.

Le patrimoine français est particulièrement prisé par les investisseurs du monde entier. Au cours des dernières années, les acquisitions se sont multipliées, avec d’un côté de nombreuses entreprises familiales françaises mises en vente, de l’autre des acheteurs potentiels souvent venus de l’étranger et disposant de liquidités substantielles. Certains investisseurs, en provenance d’Asie notamment, sont prêts à payer des sommes importantes pour acquérir des marques emblématiques de notre patrimoine.

Notre patrimoine et notre savoir-faire séduisent en effet bien au-delà de nos frontières. Il est très difficile de créer une marque ex-nihilo et il faut des années pour réussir à l’imposer dans l’imaginaire collectif. Un investisseur désirant se construire un patrimoine préférera s’offrir une marque centenaire, entourée d’un prestige considérable et disposant d’un potentiel de développement prometteur dans un marché mondialisé. 

Des secteurs sont particulièrement concernés par ce mouvement de fonds : l’agroalimentaire, les vins et spiritueux avec une prédilection pour les vins de Bordeaux, de Bourgogne, le cognac et le Champagne, l’immobilier haut-de-gamme etc. Mais le mouvement dépasse le patrimoine traditionnel et touche tous les métiers, comme le tourisme ou la banque.

Les acheteurs sont chinois, indiens, brésiliens, ou viennent des Etats du Golfe même si dans l’univers technologique, ils restent le plus souvent américains. Il y a en effet un appétit significatif des investisseurs d’outre-Atlantique pour les valeurs internet, les biotechs ou encore les sociétés de technologie médicale. Dans ce domaine, les moyens financiers que les acteurs américains sont prêts à déployer s’avèrent supérieurs à ceux de leurs concurrents européens ou asiatiques.

Problème fiscal

La profusion d’opérations financières impliquant des entreprises françaises disposant d’une marque et/ou d’un savoir-faire reconnus n’est pas sans susciter des interrogations. La surface financière de ces investisseurs étrangers résulte en effet de l’absence d’une fiscalité confiscatoire dans de nombreux pays qui leur donne toute latitude pour acquérir des cibles en dehors de leurs frontières domestiques.

Se réapproprier notre patrimoine passe déjà par la prise de conscience de la valeur de celui-ci et une détermination plus grande pour réformer notre fiscalité et notre économie, condition indispensable pour enrayer l’hémorragie en cours. Au niveau européen, l’absence d’harmonisation fiscale et réglementaire reste également un frein considérable sur lequel il faudrait avancer.

En attendant, la France recèle de nombreuses start-up prometteuses, de jeunes entrepreneurs extrêmement talentueux. Malheureusement, le manque de capitaux disponibles pousse nombre d’entre eux à s’expatrier. Et le même manque d’argent amène notre patrimoine à tomber peu à peu dans l’escarcelle d’investisseurs étrangers. Un phénomène qui a tendance à s’accélérer.

Cyril Kammoun, CEO de Degroof Petercam Finance

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.