Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La location touristique devrait perdre de son attrait pendant encore un an
Le Figaro09/07/2020 à 06:00

Pour ceux qui ont misé sur la location touristique de type Airbnb, les mois qui viennent seront encore difficiles (Crédits photo : Pixabay - InstagramFOTOGRAFIN )

Une étude montre que pendant l'année à venir les investisseurs immobiliers auraient intérêt à se tourner vers la location classique ou des baux mobilité ou étudiants.

Pour ceux qui ont misé sur la location touristique de type Airbnb, les mois qui viennent seront encore difficiles. À en croire une étude menée par l'agence locative en ligne Flatlooker, les investisseurs immobiliers qui veulent sécuriser leurs loyers auraient intérêt à se détourner de la location de courte durée pendant les douze mois qui viennent. S'appuyant sur un scénario, largement admis par les spécialistes, de reprise en «U» du tourisme, Flatlooker estime que pour les 12 mois qui viennent la location meublée classique (bail Alur d'un an) ou un modèle mixte mêlant bail étudiant ou mobilité sur 9 mois suivi de 3 mois en location courte durée offrent de meilleures perspectives.

«Chez Flatlooker, le taux d'occupation des logements longue durée n'a pas bougé pendant le Covid et reste stable près de 97% sur l'ensemble du parc immobilier, souligne Nicolas Parisot cofondateur de la société. En revanche, le nombre de contacts de propriétaires provenant de AirBnb a plus que triplé depuis le déconfinement.» Une bonne partie d'entre eux a emprunté pour investir et aimerait donc pouvoir continuer de rembourser en toute sérénité. Or selon cette fameuse courbe en U (voir ci-dessous), les taux d'occupation ne devraient revenir à la normale que dans un an.

Projection des taux d'occupation prévus pour les mois qui viennent

«Bien sûr, même avec une chute importante de remplissage, certains propriétaires rappellent que le chiffre d'affaires devrait rester supérieur en location touristique, explique Nicolas Parisot. C'est peut-être vrai, mais cela ne décrit pas le phénomène dans son ensemble.» En effet, en tenant compte des coûts de gestion/mise en location des charges et de la fiscalité, les revenus locatifs sont 12% plus élevés en optant pour la location meublée longue durée sur un an et même 35% plus élevés avec le modèle mixte (bail mobilité/étudiant pendant 9 mois et 3 mois de location touristique). Et le risque de vacance locative est plus faible: d'élevé en location courte durée, il passe à faible dans le modèle mixte et même très faible pour la location longue durée.

Le modèle de la location meublée longue durée combine une grande facilité de mise en œuvre et un cadre fiscal attrayant. Le modèle mixte est un peu plus contraignant mais si on opte pour un bail étudiant, il permet de conserver le même locataire pendant les 9 mois qui viennent avant de se réessayer à la location touristique durant l'été 2021. De quoi se demander si certains propriétaires n'abandonneront pas définitivement la location touristique de courte durée. «Pour des profils qui pratiquaient la location Airbnb en dehors du cadre légal, c'est possible, estime Nicolas Parisot. Mais pour les investisseurs chevronnés, ceux qui ont acheté des surfaces commerciales, ils reviendront vers la location Airbnb dès que possible.»

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer