Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'homme le plus riche d'Asie ne croit plus à la Chine

Le Figaro22/09/2015 à 10:44

La première fortune du continent liquide ses actifs en Chine. Pékin s'insurge d'un comportement qui est surtout un signe que la situation économique du pays s'annonce sombre.

Nouveau signal très inquiétant pour l'économie chinoise: Li Ka-shing, homme d'affaires hongkongais (mais né en Chine) et première fortune asiatique s'est lancé depuis plusieurs mois dans une liquidation de ses actifs en Chine continentale. Parmi ses plus grosses cessions, l'homme de 87 ans s'est séparé en 2014 du centre commercial Pacific Century Place de Pékin, comprenant aussi des bureaux, pour 928 millions de dollars. Le milliardaire s'est aussi délesté d'un autre centre commercial à Chongqing la même année pour la coquette somme de 638 millions d'euros, et d'autres centres commerciaux ou centres d'affaires à Guangzhou ou Nankin. Pire encore, en août dernier, alors que la Bourse chinoise commençait à donner de sérieux signes de fatigue, le magnat de Hong Kong a vendu un complexe de deux tours jumelles à Shanghai, pour 20 milliards de yuans (soit 3,14 milliards de dollars). Leur construction n'était même pas achevée... C'est donc sur l'ensemble des lieux emblématiques du «miracle économique chinois» que l'homme cherche à se retirer précipitamment.

Li Ka-shing, plus grosse fortune du continent asiatique, mais seulement dix-septième au niveau mondial, est à la tête d'un patrimoine estimé à 24,8 milliards de dollars selon le classement Forbes, il a principalement fait fortune dans l'immobilier, les infrastructures portuaires, et les investissements dans les nouvelles technologies (il est l'un des actionnaires de Facebook), sans négliger la santé ou le luxe (il possède depuis 2005 le parfumeur français Marionnaud).

Son désintérêt pour l'économie chinoise est plutôt un mauvais signal pour Pekin. Surnommé «Superman» à Hong Kong pour son sens aigu des affaires et son flair, il avait ainsi revendu en 1999 à l'allemand Mannesmann les 44,8% du capital d'Orange qu'il possédait, pour la somme de 14 milliards de dollars, juste avant que l'action ne s'effondre dans la foulée…

Un «ingrat» selon Pékin

La frénésie de ventes de Li Ka-shing peut donc faire craindre le pire pour l'économie chinoise. D'autant que si le patriarche-ses deux fils travaillent à ses côtés-laisse filer des actifs, ce n'est pas parce que l'octogénaire souhaite se retirer des affaires. Il continue d'ailleurs de faire des acquisitions colossales. Dernier exemple en date: le rachat en mars dernier du géant britannique des télécoms O2, acquis auprès de l'espagnol Telefonica pour la somme de 15,2 milliards de dollars. La plus grosse de ses acquisitions récentes certes, mais pas la seule, puisque l'homme avait auparavant racheté Eversholt Rail, la troisième compagnie ferroviaire britannique (2,5 milliards de livres, soit 3,4 milliards d'euros), ainsi que la chaîne de pharmacies néerlandaises Dirx Drugstore. Des acquisitions multiples sur le Vieux Continent d'un côté, des ventes d'actifs en Chine de l'autre, le signal est clair: pour Li Ka-shing le curseur des perspectives économiques s'est déplacé à l'ouest.

Signe d'inquiétude majeur des autorités chinoises qui ne trompe pas: avec ces ventes massives, Li Ka-shing est la cible d'une campagne de dénigrement dans la presse chinoise sous contrôle des instances du Parti communiste chinois. Le journal Le Quotidien du Peuple, organe officiel du PCC, a ainsi souligné «l'ingratitude» de Li Ka-shing, lançant à son encontre que «les capitaux n'ont pas de frontières, mais les hommes d'affaires ont une patrie». La propagande chinoise juge en effet que le hongkongais ne se montre guère reconnaissant envers la Chine qui a contribué à sa fortune, le magnat ayant en effet beaucoup investi au début des années 1990, avant la hausse des prix de l'immobilier consécutive au développement rapide de l'économie chinoise.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.