Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Justice : l'ex-SDF va pouvoir conserver son chalet démontable minimaliste près de Nantes
information fournie par Boursorama avec Newsgene19/05/2022 à 11:51

La trentenaire a comparu en mars dernier devant le tribunal correctionnel de Nantes (Loire-Atlantique). Photo d'illustration.  (WilliamCho / Pixabay)

La trentenaire a comparu en mars dernier devant le tribunal correctionnel de Nantes (Loire-Atlantique). Photo d'illustration. (WilliamCho / Pixabay)

Sur la commune des Touches (Loire-Atlantique), au nord de Nantes , une ancienne sans-abri s'est construit en 2018 un chalet démontable de 18 m2 sur un terrain acquis en 2017. Poursuivie en justice par la mairie, elle a gagné son procès le 4 mars dernier et, avec lui, le droit de conserver son logement.

Âgée de 37 ans, une ancienne SDF a acheté en 2017 un petit terrain en friche sur la commune des Touches (Loire-Atlantique), au nord de Nantes. En 2018, elle y a construit un chalet démontable de 18m2. Poursuivie par la mairie pour, notamment, non-respect des règles d'urbanisme lié à une absence de permis de construire, elle a finalement gagné son procès le 4 mars dernier, rapporte L'Éclaireur .

La victoire est en fat partielle puisque la trentenaire a pu conserver son logement sur pilotis alors que la municipalité exigeait sa déconstruction. Elle a en revanche écopé d'une amende de 200 euros dont 100 euros avec sursis. Une infraction aux dispositions du PLU et la non-déclaration de l'installation de la caravane où, environ six mois par an, elle accueillait sa mère atteinte d'un cancer ont en effet été retenues.

Un mode de vie minimaliste

« J'ai eu de la chance[...] Je suis tombée sur une juge très humaine », a estimé l'intéressée. Pour ses besoins quotidiens comme la vaisselle ou la toilette, celle qui est aujourd'hui aide à domicile utilise l'eau de pluie qu'elle récupère. Pour le jardin, c'est l'eau de l'étang qu'elle va puiser sur son terrain.

Des toilettes sèches sont installées à proximité de son chalet, à l'intérieur duquel se trouve un poêle à pétrole. La jeune femme ne paye que 80 euros de chauffage par an. Désormais, elle espère que son procès gagné devant le tribunal correctionnel de Nantes servira à d'autres personnes désirant, comme elle, adopter un mode de vie minimaliste.

3 commentaires

  • 20 mai05:27

    C'est ça pour tous ou diviser la population de la planète par 14 (500 millions maxi soit un demi milliard) en répandant des contraceptifs dans l'atmosphère et dans l'eau du robinet.


Annonces immobilières