Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Inflation : comment l'Insee calcule-t-il une hausse des prix à +5,2 % ?
information fournie par Moneyvox16/06/2022 à 13:00

(Crédits: ©  freshidea - stock.adobe.com)

(Crédits: © freshidea - stock.adobe.com)

Face à la montée en flèche de l'inflation, l'Insee se retrouve sous les feux des projecteurs. Mais les calculs de cet institut national sont-ils vraiment représentatifs de l'évolution des prix en France ?

Par MoneyVox,

Tous les mois, l'Insee publie un chiffre très attendu : l'Indice des prix à la consommation (IPC), principal indicateur du niveau d'inflation dans l'hexagone. En mai 2022, selon la première estimation, ce chiffre s'est établi à +5,2 % sur un an, un niveau record qui n'avait pas été atteint depuis… septembre 1985 ! La hausse des prix actuelle engendre indubitablement une perte de pouvoir d'achat, mais l'indicateur de l'Insee reflète-t-il vraiment le quotidien des Français ? Tout ce qu'il faut savoir sur l'IPC.

Derrière le niveau d'inflation se cache l'Indice des prix à la consommation

Lorsque les médias font référence à l'inflation, c'est en réalité à l'Indice des prix à la consommation, ou IPC, qu'ils se réfèrent. Cet indicateur, qui permet de juger du niveau de la hausse des prix, est calculé chaque mois par l'Insee, l'Institut national de la statistique et des études économiques. Et le dernier chiffre publié au Journal Officiel a de quoi inquiéter les ménages : en mai 2022, l'IPC sur un an était de +5,2 %, un niveau qui n'avait pas été atteint depuis près de 37 ans. Pour calculer l'IPC, l'Insee se base sur un panier de biens et de services qui se veut représentatif de la consommation moyenne d'un ménage.

Afin que le calcul de l'Indice des prix à la consommation soit fiable d'un mois à l'autre, les produits présents dans le panier sont actualisés seulement une fois par an. L'objectif ? Donner un juste reflet de l'évolution des tarifs pratiqués sur la base de l'analyse de 1 700 produits. Les articles sélectionnés ne sont pas choisis au hasard : la réglementation européenne impose que tous les produits que les foyers consomment au moins à hauteur de 1/1 000 (un produit pour 1 000 habitants) soient pris en compte. Les prix de ces quelque 1 700 produits sont alors passés au crible grâce à des relevés effectués en magasin (160 000 prix par mois), sur internet (500 000 prix par mois), et directement depuis les données des caisses des grandes enseignes (80 millions de prix chaque mois).

Lire aussi: Inflation : les salaires doivent-il évoluer en fonction de la hausse des prix ?

Le lien entre l'inflation et le pouvoir d'achat des Français

L'Indice des prix à la consommation permet de donner une moyenne de l'évolution d'une grande partie des tarifs pratiqués dans l'hexagone. En effet, l'IPC est notamment composé de produits alimentaires (17,5 % du panier), des dépenses de santé (9 %), de l'ameublement (6,4 %) ou encore des frais de restauration (6,3 %). Il sert aussi de base pour le calcul du Smic, du taux du Livret A (et donc du LDDS et du Livret Jeune), ainsi que pour les pensions de retraite. Cependant, certains autres indicateurs financiers ne sont pas pris en compte, comme les prix de vente des biens immobiliers, l'évolution de la fiscalité et le taux de rendement des placements.

Autant de paramètres qui peuvent pourtant influencer le ressenti des consommateurs quant à leur pouvoir d'achat. Si, sans aucun doute, l'IPC permet de juger du niveau de perte de pouvoir d'achat, cet indicateur reste donc partiel, d'autant qu'il n'est pas personnalisé. S'agissant d'une moyenne et d'un panier fixe, chaque consommateur peut donc ressentir l'inflation de façon différente en fonction de ses habitudes d'achat. Par exemple, un citadin qui se déplace uniquement avec les transports en commun a supporté une inflation sur un an de 3,7 % en avril alors qu'une personne qui utilise sa voiture aura connu une hausse des prix de 4,8 % sur la même période. Pour affiner son analyse, l'Insee propose un simulateur d'inflation qui permet de personnaliser les calculs en fonction de son profil et de ses habitudes de consommation.

0 commentaire

Annonces immobilières