Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Impôts : comment bien déclarer les intérêts des placements à revenu fixe ?
information fournie par Moneyvox20/05/2022 à 11:25

(Crédits: ©  SB Arts Media - stock.adobe.com)

(Crédits: © SB Arts Media - stock.adobe.com)

Livrets bancaires, PEL et CEL sont les trois placements soumis à l'impôt sur le revenu parmi les plus communs. La marche à suivre pour bien déclarer les intérêts perçus au cours de l'année 2021.

Par MoneyVox,

Déclarer ses revenus n'est pas toujours une mince affaire. Pour les foyers qui ont perçu des intérêts grâce à un placement fiscalisé sur l'année 2021, il est notamment nécessaire de remplir et de cocher certaines cases pour être en règle, mais aussi pour pouvoir bénéficier d'une éventuelle économie d'impôt sur le revenu. Le mode d'emploi pour déclarer les revenus des livrets bancaires et de l'épargne logement sans faire d'erreur.

Quels sont les placements à déclarer auprès des impôts ?

En fonction de leur numéro de département, les contribuables ont jusqu'au mercredi 8 juin au maximum pour valider leur déclaration de revenus en ligne. Une formalité qui n'est pas toujours évidente, notamment en raison de nombreuses petites lignes à remplir. C'est le cas pour les foyers qui ont perçu des intérêts depuis des placements fiscalisés à revenus fixes lors de l'année 2021. Pour savoir si vous êtes concerné, il suffit de faire l'inventaire des contrats d'épargne détenus l'an passé.

Ainsi, les intérêts générés par les livrets bancaires, les PEL (Plans épargne logement) et les CEL (Comptes épargne logement) peuvent être à déclarer auprès de l'administration fiscale. En revanche, les livrets réglementés par l'Etat ne sont pas soumis à l'impôt sur le revenu. Le taux du Livret A, du LDDS, du Livret jeune ou encore du LEP (Livret d'épargne populaire) est d'ailleurs exprimé en "net", contrairement aux livrets bancaires non-réglementés dont le taux apparaît en "brut" sur les contrats souscrits. Autre nuance importante : la rémunération servie par les PEL ouverts avant 2018 et âgés de moins de 12 ans n'est pas à déclarer. Pour les PEL et les CEL ouverts après 2018 ou âgés de plus de 12 ans, il faudra en revanche déclarer les intérêts perçus.

Lire aussi : Impôts : pourquoi n'avez-vous pas reçu de déclaration de revenus papier ?

Déclarer les intérêts fiscalisés aux impôts, mode d'emploi

Les déclarations d'impôts sont désormais pré-remplies avec la plupart des informations courantes, dont le montant des intérêts perçus depuis un placement fiscalisé. Pour autant, une erreur peut s'être glissée dedans, et il est donc nécessaire de vérifier les montants reportés automatiquement. Pour cela, munissez-vous de l'Imprimé fiscal unique (ou IFU) transmis par votre banque. Celui-ci résume les sommes à déclarer à l'administration fiscale et permet de vérifier la cohérence avec les données déjà indiquées. Plus précisément, ce sont les cases 2TR et 2BH qui doivent être consultées. Une troisième case peut aussi être complétée, la case 2CK, pour les contribuables qui n'ont pas demandé de dispense d'acompte lors de l'automne 2020. Appelée "Prélèvement forfaitaire non libératoire déjà versé", elle correspond à la part de la flat tax dédiée aux impôts, soit 12,8 % des intérêts bruts perçus.

Une fois cette première étape réalisée, il faut se pencher sur la case 2OP. En cochant celle-ci, le contribuable opte pour une imposition de ses revenus de placements au barème de l'impôt sur le revenu, au lieu de la flat tax de 30 % incluant 12,8 % d'impôts. Ainsi, les ménages dont la Tranche marginale d'imposition est de 11 % ou qui sont non imposables ont tout intérêt à cocher la case 2OP, ce qui leur permettra d'économiser tout ou partie des 12,8 % d'impôts liés au Prélèvement forfaitaire unique (PFU). Notez que la case 2OP est généralement décochée par défaut, mais peut aussi être déjà cochée si le foyer fiscal avait opté l'an passé pour une imposition au barème progressif plutôt qu'à la flat tax. Et si vous hésitez encore entre ces deux options, faites le test : vous pouvez simuler le montant de l'impôt sur le revenu en cochant ou en décochant cette case afin de comparer les deux résultats obtenus.

1 commentaire

  • 20 mai09:41

    Si l'auteur avait fait sa propre déclaration, il saurait que le système compare le résultat obtenu avec 2 op ou sans, et vous avertit si vous n'avez pas fait le choix le plus favorable. Merci les finances publiques


Annonces immobilières