1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Devenez membre - Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Impôts : avant de contester, mieux vaut payer
Le Revenu24/05/2020 à 15:19

Un contribuable peut déposer un rescrit d'abus de droit fiscal s'il considère qu'il n'a pas à payer les sommes demandées. (© DR)

Vous estimez que l'impôt que vous réclame le fisc n'est pas justifié ? Même si vous êtes bien renseigné, mieux vaut payer d'abord et contester ensuite. Explications.

Il arrive, particulièrement lorsque des intérêts importants sont en jeu, que le contribuable au fait de la loi, de la réglementation et aussi éventuellement de la jurisprudence, estime que les textes qui lui font obligation de payer un impôt ne lui sont pas applicables.

Généralement mais pas seulement, parce que ce contribuable les voit contraires à la Constitution. Si le risque est d'abus de droit fiscal, alors, le contribuable peut avant la conclusion de l'acte déposer un rescrit abus de droit fiscal.

Sans réponse de l'Administration dans un délai de six mois, l'abus ne pourra être retenu mais celle-ci pourra attaquer sur un autre terrain. Devant une réponse négative dans ce même délai, le contribuable pourra attaquer cette décision.

Ne pas doubler les risques

Ce contribuable «rétif» est alors confronté à un double risque : primo, devoir payer l'impôt qu'il pense ne pas devoir.

Secundo, devoir acquitter les diverses pénalités, amendes et autres intérêts de retard qu'une administration fiscale soucieuse de défendre ses rentrées ne manquera pas de lui infliger.

Certes, il ne manque pas de moyens pour s'opposer au fisc : recours gracieux ou hiérarchique, éventuelle saisines de la Commission départementale de conciliation, du Conciliateur fiscal départemental, du Comité de l'abus de droit, procédure devant le TGI ou le tribunal administratif

Lire la suite sur LeRevenu.com

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • polofru
    24 mai17:12

    visiblement, un journaliste qui n'a jamais eu à traiter un dossier fiscal. Le sursis de paiement est bien souvent la meilleure arme dans un contentieux. Encore faut il savoir ce qu'est le LPF.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer